Document d’orientation sur la santé génésique

Coprésidentes du groupe de travail :
Liz Haugh
Lorna Larsen
Membres du groupe de travail :
Diane Shrott
Nancy Summers
Lia Swanson
Connie Wowk
Consultante en santé mentale :
Cindy Rose
Rédactrice pour le groupe de travail :
Elizabeth Berry
Correctrice-réviseure :
Diane Finkle Perazzo

Remerciements

Le Groupe de travail sur le Document d'orientation sur la santé génésique aimerait remercier les personnes suivantes pour leur contribution au projet.

  • Adrienne Einarson (Motherisk)
  • Daniela Seskar-Hencic (Bureau de santé de la région de Waterloo)
  • Barbara Willet (Centre de ressources Meilleur départ)
  • Le personnel du secteur de la santé familiale travaillant dans les bureaux de santé à l’échelle de la province

Nous remercions également les membres du Comité directeur du projet ainsi qu’Action Cancer Ontario et le ministère de la Promotion de la santé de l’Ontario: leur orientation stratégique et leur soutien à la rédaction ont été d’une aide inestimable.

Liz Haugh
Lorna Larsen
Coprésidentes

Section 1. Introduction

Conformément à l’article 7 de la Loi sur la protection et la promotion de la santé (LPPS), le ministre de la Santé et des Soins de longue durée a publié les Normes de santé publique de l’Ontario (NSPO) à titre de lignes directrices relativement à l’offre de programmes et de services de santé obligatoires. Les 36 conseils de santé de l’Ontario sont responsables de l’application des normes du programme, y compris les protocoles qui y sont intégrés. En vertu d’un décret en conseil, le ministère de la Promotion de la santé (MPS) a la responsabilité de quatre de ces normes : a) Santé génésique, b) Santé de l’enfant, c) Prévention des blessures et du mésusage de substances et d) Prévention des maladies chroniques. Le ministère des Services à l’enfance et à la jeunesse (MSEJ) est quant à lui responsable, par décret également, de l’administration des normes relatives à la santé de la famille qui ont trait au programme « Bébés en santé, enfants en santé ».

Les NSPO (1) reposent sur quatre principes : le besoin, l’effet, la capacité ainsi que le partenariat et la collaboration. Une norme fondamentale couvre quatre aspects précis : a) l’évaluation de la santé de la population, b) la surveillance, c) la recherche et l’échange de connaissances et d) l’évaluation des programmes.

a) Élaboration des documents d’orientation du MPS

Le MPS a travaillé en collaboration avec des spécialistes locaux en santé publique afin d’élaborer une série de documents d’orientation ayant pour but d’aider les conseils de santé à définir les questions et les approches nécessitant un examen local et à appliquer les normes. Bien que les NSPO et les protocoles connexes publiés par le ministère conformément à l’article 7 de la LPPS aient force obligatoire, la loi ne prévoit pas la mise en œuvre obligatoire des documents d’orientation qui ne sont pas incorporés par renvoi aux NSPO. Ils constituent des ressources visant à aider les professionnels au service des conseils de santé locaux à planifier et à accomplir les tâches dont ils sont responsables aux termes de la LPPS et des NSPO. Les documents traitent également des déterminants sociaux de la santé et de l’importance du bien-être mental.

Les employés des ministères de la Santé et des Soins de longue durée, des Services à l’enfance et à la jeunesse, des Transports et de l’Éducation ont été consultés dans le cadre de l’élaboration des documents d’orientation. Le ministère de la Promotion de la santé a publié sept documents en appui à l’application des normes du programme dont il est responsable, soit :

  • la santé de l’enfant;
  • la lutte globale contre le tabagisme;
  • une saine alimentation/l’activité physique/le poids santé;
  • la prévention des blessures;
  • la prévention du mésusage de substances;
  • la santé génésique;
  • la santé en milieu scolaire.

Le présent document d’orientation contient des indications précises sur les exigences des NSPO en lien avec la santé génésique.

b) Grandes lignes du document

La Section 2 de ce document d’orientation contient de l’information générale sur la santé génésique. Elle traite notamment de l’importance de cette question de santé publique et du fardeau qu’elle représente. Elle comprend également un bref aperçu de l’orientation des politiques provinciales, des arguments et des raisonnements à l’appui de cette orientation et des stratégies visant à alléger le fardeau. On s’y penche également sur le bien être mental et les déterminants sociaux des problèmes de santé.

La Section 3 contient le libellé de chaque exigence du programme contenue dans les NSPO (1) et traite des pratiques fondées sur des données probantes, des innovations et des priorités dans le contexte de l’évaluation de la situation, des politiques, des programmes et du marketing social, ainsi que de l’évaluation et de la surveillance. On y trouvera des exemples sur ce qui a été fait en Ontario et ailleurs.

La Section 4 explique et examine les sphères d’intégration avec les exigences des normes relatives à d’autres programmes, notamment la détermination d’occasions de partenariat à différents échelons avec des suggestions de rôles à chaque échelon(conseils de santé, organismes communautaires et autres aux échelons provincial et municipal), ainsi que la recherche de possibilités de collaboration avec d’autres stratégies et programmes comme la stratégie Ontario sans fumée et le programme« Bébés en santé, enfants en santé ».

Enfin, la Section 5 présente les principaux outils et ressources pouvant aider le personnel des conseils de santé locaux à appliquer les normes de leurs programmes et à évaluer ses interventions. Quant à la Section 6, elle renferme la conclusion.

c) Public visé et raison d’être

Ce document d’orientation vise à servir d’outil définissant les principaux concepts et ressources pratiques pouvant être utilisés par les employés du secteur de la santé publique aux fins de planification de la promotion de la santé. Il offre aux directeurs et au personnel de première ligne des conseils et des directives concernant une approche globale de promotion de la santé afin de répondre aux exigences des NSPO de 2008 relatives aux programmes Santé des enfants, Prévention des maladies chroniques, Prévention des blessures et du mésusage de substances et Santé génésique.

d) But du programme Santé génésique

Le programme Santé génésique a pour but de « permettre aux personnes et aux familles d’atteindre un niveau de santé optimal avant une grossesse, de vivre une grossesse en santé, d’avoir des bébés le plus en santé possible et de se préparer au rôle parental » (1). La réalisation de cet objectif nécessite une interaction complexe de facteurs internes et externes bien avant la conception, tout au long de la grossesse jusqu’à l’accouchement, et au-delà. Par conséquent, la norme relative à la santé génésique est axée sur trois pôles : la santé avant la grossesse, des grossesses en santé et la préparation au rôle parental.

Pour atteindre les résultats sociétaux, les résultats attendus des conseils de santé et le but général du programme Santé génésique, il faut satisfaire à toutes les exigences de la norme fondamentale et de la norme relative à la santé génésique contenue dans les NSPO. Les exigences du programme Santé génésique sont décrites dans ce document d’orientation et dans le Protocole Bébés en santé, enfants en santé, 2008.

En cas de contradiction entre ce document d’orientation et les Normes de santé publique de l’Ontario, 2008, ces dernières auront préséance.

Section 2. Contexte

a) Pourquoi la santé génésique constitue-t-elle un enjeu de santé publique important?

Investir dans la santé génésique, c’est investir dans l’avenir. Autrement dit, une femme qui est en santé avant sa grossesse aura de meilleures chances d’être en santé pendant sa grossesse; une grossesse en santé donnera de meilleures chances d’aboutir à une naissance en santé; une naissance en santé et la préparation au rôle parental contribueront à la bonne santé de l’enfant et de sa famille.

Des problèmes à la naissance entraîneront des problèmes à court et à long terme au niveau de la croissance et du développement du nourrisson et de l’enfant. Ces conséquences négatives risquent d’avoir des répercussions sur toute la vie de l’enfant et peuvent causer une augmentation des coûts et du stress pour les familles et pour la société en général. En outre, les problèmes à la naissance peuvent représenter des coûts importants pour le réseau des services de santé (séjours plus longs et plus fréquents à l’hôpital, soins primaires, etc.), les systèmes d’éducation et de justice, les organisations sans but lucratif et tous les ordres de gouvernement.

Le Tableau 1 : Information sur la santé génésique, reproduit dans les pages qui suivent, contient des données et des conclusions tirées de la documentation illustrant l’importance de différentes questions et préoccupation relatives à la santé génésique qui ont des répercussions sur la santé publique.

Information sur la santé génésique

FACTEUR santé

DONNÉES
PERTINENTES

IMPACT
ÉCONOMIQUE

Accès aux soins primaires

  • Les femmes qui reçoivent des soins prénatals de façon précoce et régulière ont de meilleurs résultats que celles qui n’en reçoivent pas (2).
  • Plusieurs facteurs peuvent influencer l’accès des femmes aux soins prénatals, tels que la disponibilité des services de santé, le statut socioéconomique, la disponibilité du soutien social et les niveaux de stress individuels (2, 3).
  • Les femmes qui ne reçoivent pas de soins prénatals courent plus de risques d’avoir un bébé prématuré, de faible poids à la naissance ou mort-né (4).

Décision d’allaiter

  • Près de la moitié des femmes prennent la décision d’allaiter leur enfant avant la grossesse, et l’autre moitié, pendant la grossesse (5).
  • La formation prénatale sur l’allaitement maternel a une influence positive sur les taux d’initiation et de persistance de l’allaitement, surtout chez les femmes qui n’ont aucune expérience à cet égard (6).
  • Les initiatives de formation sur les bienfaits de l’allaitement maternel, les meilleures pratiques à cet égard et les services de soutien disponibles doivent faire partie de la préparation avant la grossesse et la naissance dans le cadre des stratégies de préparation au rôle parental avant la grossesse et l’accouchement (5).

Risques liés au milieu de vie

  • Des études démographiques ont mis en valeur les rapports évidents qui existent entre le milieu de vie des tout-petits et leur état de santé ultérieur (7).
  • En ce qui concerne l’exposition aux facteurs environnementaux, c’est pendant la grossesse que les risques sont les plus élevés. En général, l’exposition à des substances toxiques au début de la grossesse est plus susceptible de créer des impacts structurels tels que des anomalies congénitales, car c’est à ce moment-là que la forme et la structure du corps se développent. L’exposition à de telles substances vers la fin de la grossesse produit plus souvent des impacts fonctionnels, comme les difficultés d’apprentissage découlant des effets sur le développement cérébral du fœtus (8).
  • Le fœtus pourrait être plus sensible aux effets toxiques de l’exposition aux facteurs environnementaux à cause de sa division cellulaire rapide, de l’absence relative des mécanismes de détoxification et d’excrétion métaboliques, et du développement relativement insuffisant de son système immunitaire (10).
  • Les toxines environnementales peuvent avoir les effets suivants : fausse couche, mortinaissance, faible poids à la naissance, naissance prématurée, diminution de la circonférence de la tête, anomalies congénitales, troubles auditifs et visuels, infirmité motrice cérébrale congénitale, aberration chromosomique, déficits intellectuels ou déficience mentale et déficits comportementaux (11).
  • Les problèmes de santé génésique chez les hommes et les femmes peuvent être la conséquence de l’exposition à des produits chimiques par leurs parents ou par les sujets eux-mêmes dans l’utérus. Des études ont permis de détecter la présence de plomb, de pesticides et d’autres substances toxiques dans le liquide folliculaire (qui entoure l’ovule) et dans le sperme, ce qui signifie que ceux-ci sont directement exposés à des contaminants chimiques. Ce phénomène peut entraîner des troubles du développement chez les enfants, ainsi que des effets sur plusieurs générations (11).
  • Les anomalies congénitales constituent la principale cause de mortalité infantile, la deuxième étant la naissance prématurée et la troisième, la mort subite du nourrisson (MSN) (8).
  • L’impact sur la santé de l’exposition aux substances environnementales avant la naissance ou pendant l’enfance peut englober des conditions chroniques telles que l’asthme, des problèmes de fonctionnement cérébral et des conséquences pour l’apprentissage et le comportement, des anomalies congénitales ou l’apparition du cancer à un moment ultérieur (8).

D’après une étude, les coûts sociaux et économiques annuels cumulés aux États-Unis et au Canada se situeraient entre 568 et 793 milliards de dollars pour un éventail de maladies chez les adultes et les enfants qui sont considérées comme ayant pu être causées par des facteurs environnementaux (9).

Trouble du spectre de l’alcoolisation fœtale (TSAF)

  • Le tiers des Canadiens et Canadiennes pensent qu’il n’y a aucun danger à consommer une petite quantité d’alcool pendant la grossesse (12).
  • 72 % des Canadiennes disent qu’elles arrêteraient de boire de l’alcool si elles devenaient enceintes (12).
  • 38 % des femmes enceintes disent ne pas avoir reçu de conseils de la part de leur médecin concernant la consommation d’alcool pendant la grossesse (12).
  • La majorité des médecins et sages-femmes du Canada avouent ne pas discuter de façon systématique du tabagisme, de la consommation d’alcool ou de la toxicomanie avec les femmes en âge de procréer, et près de la moitié (46 %) ne se sentent pas préparés pour soigner des femmes enceintes qui consomment de l’alcool ou des drogues (13).
  • Le TSAF est une affection permanente (retard du développement, impact négatif sur la santé), pour laquelle il n’existe aucun traitement. Une détection précoce permet d’améliorer les résultats et de réduire les troubles secondaires (12).
  • L’incidence du TSAF au Canada est d’un cas sur 100 naissances vivantes (12).
  • Une exposition à l’alcool avant la naissance a été observée chez 2,5 % des nouveau-nés dont les premières selles ont été analysées (12).
  • Les chercheurs décrivent le TSAF comme la cause principale des troubles développementaux et cognitifs (difficultés d’apprentissage, difficulté à comprendre les conséquences des actions, dépression et troubles obsessionnels-compulsifs, handicaps physiques tels que les problèmes du rein et des organes internes, anomalies squelettiques telles qu’une malformation faciale) (14).
  • Six collectivités ontariennes offrent des services de diagnostic (12).
  • 10,5 % des mères déclaraient avoir bu de l’alcool pendant leur grossesse en 2005, et 1,1 % des femmes qui étaient enceintes au cours des cinq années précédentes ont déclaré en avoir consommé plus d’une fois par semaine pendant leur grossesse (2).

Le coût annuel du TSAF au Canada s’élève à 5,3 milliards de dollars

  • ce chiffre tient compte des coûts des services médicaux, sociaux et de formation, et des coûts pour les familles

Le coût annuel pour chaque enfant atteint de TSAF (entre 0 et 53 ans) est de 21 642 $ (14).

Acide folique

  • Les deux tiers des anomalies du tube neural (ATN) pourraient être évités si les femmes en âge de procréer prenaient suffisamment d’acide folique avant la conception (pendant la période de trois mois précédant la grossesse) et au début de la grossesse (15).
  • En pourcentage, l’incidence des anomalies du tube neural est faible (15).
  • Les conséquences de l’omission de prendre de l’acide folique vont de légères à graves, et elles comprennent une augmentation de la mortalité infantile et l’invalidité physique et mentale à vie (15).
  • Le folate contribue à une grossesse en santé. Il est essentiel au développement normal de la colonne vertébrale, du cerveau et du crâne du fœtus, et il réduit le risque d’anomalie du tube neural. C’est un élément essentiel, surtout pendant les quatre premières semaines de la grossesse, à un moment où les femmes ne sont souvent pas encore conscientes du fait qu’elles sont enceintes (17).
  • Les femmes qui ne prennent aucun supplément d’acide folique, qui suivent un régime restreint, dont le statut socioéconomique est faible ou qui font face à une insécurité alimentaire courent un plus grand risque de ne pas se conformer au minimum requis (17).
  • En 2005, 57,8 % des femmes qui avaient accouché au cours des cinq années précédentes ont déclaré avoir pris des suppléments d’acide folique avant d’apprendre qu’elles étaient enceintes, ce qui se compare à 47,2 % en 2000-2001. Les mères plus jeunes avaient moins tendance à avoir pris de tels suppléments (2).
  • En 2005, 29,8 % des mères de moins de 20 ans déclaraient avoir pris des suppléments d’acide folique, par rapport à 64,5 % des femmes de 35 à 39 ans (2).

Le coût économique à vie que représente une personne atteinte de spina-bifida pour la société se chiffre à 258 000 USD (16).

Saine alimentation, poids santé et activité physique pendant la grossesse

  • Les femmes dont la prise de poids pendant la grossesse est insuffisante sont exposées à un risque accru de naissance prématurée ou d’avoir un bébé atteint d’hypotrophie fœtale ou dont le poids à la naissance est faible. Le faible poids à la naissance est associé à la morbidité et à la mortalité néonatale, à des handicaps physiques et cognitifs et à des problèmes de santé chroniques par la suite (18).
  • Une prise de poids excessive pendant la grossesse est associée à l’hypertrophie fœtale et à la macrosomie. Les conséquences possibles d’un poids élevé à la naissance (surtout >4 500 g) sont notamment la durée prolongée du travail et de l’accouchement, un traumatisme à la naissance, la mort apparente du nouveau-né, la césarienne et un risque accru de mortalité périnatale (18).
  • En Ontario, 42 % des femmes de 18 ans et plus ont un surpoids ou sont obèses (19).
  • De 10 à 15 % des cas d’hypotrophie fœtale sont attribuables à des facteurs nutritionnels tels que l'insuffisance de poids avant la grossesse, la prise de poids et l’apport calorique (2).
  • Chez les femmes enceintes qui sont actives, l’activité physique tend à être de durée, de fréquence et d’intensité moins élevées qu’avant la grossesse (21).
  • Les femmes qui sont plus actives pendant la grossesse pourraient courir un moindre risque de diabète gestationnel, d’hypertension et de prématurité (22).
  • L’exercice à fréquence régulière pendant la grossesse est associé à un moindre risque de prééclampsie (23), de diabète gestationnel (24) et de prématurité (25); en outre, cette pratique augmente la tolérance à la douleur, diminue la prise de poids et de masse lipidique et améliore l’image de soi (27).
  • D’après certaines études, la majorité des femmes enceintes ne sont pas assez actives (moins de 150 minutes d’activité physique par semaine), et le niveau d’activité physique diminue à mesure que la grossesse avance (27).
  • L’exercice prénatal régulier est un élément important d’une grossesse en santé, car il diminue l’incidence des varices, de la thrombose veineuse profonde et des lombalgies (28).

Dynamique familiale saine

Violence faite aux femmes

  • Les femmes enceintes qui ont de 18 à 25 ans ou qui sont en couple depuis moins de deux ans sont exposées à un risque plus élevé d’être victimes de violence par leur partenaire intime (29).
  • 64 % des femmes victimes de violence pendant la grossesse signalent une aggravation des mauvais traitements avant l’accouchement (30).
  • La violence et les mauvais traitements sont associés à la prématurité et au faible poids à la naissance, en plus d’entraîner une variété de séquelles pour la santé physique et psychologique des victimes (30).

La violence faite aux femmes pourrait coûter plus de 4,2 milliards de dollars par année (en dépenses liées aux services sociaux et de formation, à la santé et à la médecine, à la justice criminelle et à l’emploi) (31).
À eux seuls, les coûts de la violence faite aux femmes qui sont associés aux dépenses pour la santé s’élèvent à plus de 1,5 milliard de dollars par année, un chiffre qui ne représenterait que « la pointe de l’iceberg », selon l’auteur de l’étude citée (32).

Faible poids à la naissance
et naissances prématurées

 

  • Le faible poids à la naissance est l’un des facteurs qui influent le plus sur la santé périnatale, néonatale et post-néonatale (30).
  • Les bébés ayant un faible poids à la naissance sont exposés à un risque plus élevé de souffrir de conséquences défavorables sur le plan neurologique et sur celui du développement (troubles de l’apprentissage, résultats cognitifs inférieurs, retards du développement de la motricité et des compétences sociales, maladies d’enfance, réadmission à l’hôpital pour cause de problèmes de santé) (33).
  • 8 % des bébés nés au Canada manifestent des signes d’hypotrophie (50).
  • La mortalité périnatale des bébés de faible poids à la naissance est de 10 à 20 fois plus élevée que celle des bébés dont la croissance est normale (36).
  • Les facteurs de risque modifiables sont notamment le tabagisme, la mauvaise nutrition et le mésusage de substances de la mère, ainsi que les facteurs sociaux, l’infection et l’hypertension de la mère et un accès restreint à des soins prénatals (37).

Les coûts hospitaliers liés aux soins d’un bébé hypotrophe en 2005-2006 étaient d’environ 11 fois plus élevés que ceux engagés pour les bébés dont le poids à la naissance était normal (37).
Un faible poids à la naissance et la prématurité représentent un pourcentage disproportionnellement élevé des coûts de soins de santé engagés pour l’ensemble des nouveau nés. Au Canada, le coût hospitalier moyen par nouveau né dont le poids à la naissance est normal en 2005-2006 était d’environ 1 000 $ (30). Pour chaque bébé prématuré de faible poids à la naissance né au Canada, le coût des soins intensifs néonatals et post néonatals jusqu’à l’âge d’un an a été évalué, avec prudence, à 8 443 $ en 1987 et à 48 183 $ en 1995, pour chaque bébé survivant. Le coût projeté pour 2009 était de 87 923 $ (30).

Âge de la mère

  • Entre 1995 et 2004, le taux de naissances vivantes chez les mères âgées de 35 à 39 ans a augmenté de 32,5 % (2).
  • Les femmes qui deviennent enceintes à un âge plus avancé sont exposées à un plus grand risque de souffrir d’hypertension et de diabète, d’avoir des problèmes placentaires pendant la grossesse et d’avoir des bébés atteints d’aneuploïdie fœtale, comparativement aux mères plus jeunes (2).
  • Les femmes âgées de 35 à 39 ans ont d’autres complications, dont le travail prolongé, la césarienne, le faible poids à la naissance, l’hypotrophie, la prématurité, la mortinaissance, la mortalité périnatale ou la morbidité néonatale (2).
  • Les adolescentes enceintes présentent un risque plus élevé de problèmes de santé tels que l’anémie, l’hypertension, l’éclampsie et des troubles dépressifs (26).
  • Les grossesses à l’adolescence sont plus fréquentes chez les adolescentes vulnérables; la grossesse à l’adolescence constitue un important indice d’autres difficultés sociales, éducatives et professionnelles plus tard dans la vie (26).
  • Les jeunes adolescentes (celles qui ont moins de 15 ans) sont exposées à un risque accru d’avoir un bébé de faible poids à la naissance, un effet du faible poids de la mère et de son degré d’immaturité physique (55).

Niveau de scolarité de la mère

  • Un faible niveau de scolarité de la mère est systématiquement relié à un mauvais état de santé périnatale. En effet, les taux de prématurité, d’hypotrophie, de mortinaissance et de mortalité infantile sont élevés chez les femmes qui ont un faible niveau de scolarité (2).
  • Il existe une forte corrélation entre le niveau de scolarité de la mère et le tabagisme, l’exposition à la fumée secondaire et la consommation d’alcool pendant la grossesse. Lors de l’Enquête de 2005 sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC), 39 % des mères qui n’avaient pas terminé l’école secondaire fumaient pendant la grossesse, comparativement à 8,9 % de celles qui avaient fait des études postsecondaires. En ce qui concerne la consommation d’alcool, 7,5 % des mères qui n’avaient pas terminé l’école secondaire disaient en avoir consommé pendant la grossesse, par rapport à 11,4 % de celles qui avaient fait des études postsecondaires (2).

Statut socioéconomique de la mère

  • Les taux de mortalité infantile parmi les groupes dont le revenu est plus faible dans les agglomérations urbaines du Canada sont 1,6 fois plus élevés que dans les groupes dont le revenu est supérieur (26).
  • Des conditions défavorables pendant la grossesse peuvent entraîner un développement insatisfaisant du fœtus à cause de facteurs interreliés pouvant inclure une insuffisance nutritionnelle pendant la grossesse, le stress maternel, une plus grande prévalence du tabagisme, de la consommation de drogues et de l’abus d’alcool par la mère, le manque d’exercice et l’insuffisance des soins prénatals (61).

Santé mentale

 

  • La grossesse accroît l’incidence de l’anxiété et de la dépression chez les femmes (38).
  • L’anxiété et la dépression pendant la grossesse, ainsi que les événements stressants de la vie récente, le manque de soutien social et des antécédents de dépression sont systématiquement identifiés comme des prédicteurs significatifs de dépression post-partum (39).
  • Le stress, l’anxiété et la dépression chez la mère sont associés à un risque accru de problèmes pendant la grossesse et l’accouchement, y compris un faible poids à la naissance et la prématurité (40).
  • Le stress prénatal vécu par le fœtus, soit par le truchement de la circulation sanguine de la mère (et donc, la connexion à l’anxiété et au stress maternel), soit parce que le bébé est prématuré ou de faible poids à la naissance, peut avoir des effets importants sur les capacités cognitives. Il a été démontré qu’une exposition précoce au stress est associée à un mauvais rendement cognitif et intellectuel dans la vie ultérieure (41).

On estime à 2 953 par année le nombre de femmes enceintes qui souffrent de dépression en Ontario, qui abandonnent le traitement aux antidépresseurs et qui connaissent ensuite une rechute. Tous les ans, on estime à 20 546 982 $ la somme dépensée en Ontario pour la dépression maternelle non traitée pendant la grossesse. Pour calculer ce montant, on soustrait le coût des risques associés à la dépression qui fait l’objet d’un traitement pendant la grossesse (3 144 053 $) (42).

Santé bucco-dentaire

  • Une mauvaise santé bucco-dentaire peut avoir des effets négatifs sur la qualité de vie (43).
  • La douleur, les dents manquantes et les infections peuvent influer sur la façon dont les gens parlent, mangent et interagissent avec la société, ce qui a des répercussions sur leur bien-être physique, mental et social (43).
  • Il existe un lien entre la santé bucco-dentaire et les problèmes de santé tels le diabète, la pneumonie, la cardiopathie, les accidents vasculaires cérébraux et les accouchements prématurés ainsi que le faible poids à la naissance (43).
  • Une mauvaise santé bucco-dentaire peut entraîner des problèmes pendant la grossesse, y compris la prééclampsie, la prématurité et le faible poids à la naissance (43).
  • Les changements hormonaux pendant la grossesse peuvent accroître le risque de parodontopathie (maladie des gencives et des os). Les femmes enceintes qui sont atteintes de ce genre de maladie sont exposées à un risque plus élevé d’avoir un bébé prématuré ou de faible poids à la naissance (43).
  • Le vomissement peut causer des caries dentaires, et l’acide peut également provoquer une érosion de l’émail (44).
  • 49 % des obstétriciens ne recommandent que rarement ou jamais un examen dentaire, seulement 10 % des dentistes effectuent tous les traitements nécessaires, et 14 % des dentistes s’opposent à l’utilisation d’anesthésiants locaux pendant la grossesse. C’est un sujet d’inquiétude, car une mauvaise santé bucco-dentaire peut entraîner des problèmes, y compris la prééclampsie, la naissance prématurée et le faible poids à la naissance (43).
  • 50 % des femmes enceintes souffrent de gingivite à cause de l’augmentation des taux d’œstrogène et de progestérone; cela peut mener à une parodontite (43).

Rôle parental positif

  • Avant la naissance de leur premier enfant, 44 % des parents se sentent préparés pour leur rôle parental. Après la naissance, le pourcentage des parents qui ont confiance en leurs compétences parentales chute à 18 % (45)
    .

Tabagisme

 

  • 26 % des hommes et des femmes de 18 ans et plus sont des fumeurs (46).
  • En Ontario, 10 % des femmes fument pendant la grossesse (47).
  • Seulement 20 % des femmes réussissent à cesser de fumer pendant la grossesse; il est donc recommandé de cesser avant la grossesse (30).

b) Quelle est l’ampleur du fardeau que représente une mauvaise santé génésique pour la santé publique?

«Le poids à la naissance est le déterminant le plus important de la santé périnatale, néonatale et post-néonatale. Une croissance insuffisante pendant la période intra-utérine augmente le risque de mortalité périnatale et infantile et de morbidité pendant toute la vie (30). » [traduction] Les bébés dont le poids à la naissance est normal courent moins de risques de complications immédiatement après la naissance et ont plus de chances de jouir d’une croissance et d’un développement normaux pendant toute leur vie. Même si la majorité des bébés ayant un faible poids à la naissance survivent et sont en bonne santé, globalement ils sont exposés à un risque accru de souffrir de problèmes neurologiques et développementaux (comme des difficultés d’apprentissage, des résultats cognitifs inférieurs, des retards dans le développement de la motricité et des aptitudes sociales), des maladies d’enfance (comme les infections de l’appareil respiratoire, l’asthme et les otites), et la réadmission à l’hôpital pour des problèmes médicaux connexes (33–36). Les bébés de poids élevé à la naissance sont également exposés à un risque (l’asthme, la leucémie infantile) (48, 49).

Les bébés hypotrophes sont exposés à un risque plus élevé de mortalité et de morbidité à toutes les étapes de leur vie. La mortalité périnatale chez les bébés de faible poids à la naissance est de 10 à 20 fois plus élevée que chez les bébés dont la croissance est normale (50).

La prématurité est un des problèmes de santé périnatale les plus graves en Ontario. Les bébés qui naissent prématurément sont exposés à un risque plus élevé de mort périnatale, de problèmes médicaux graves et d’invalidité de longue durée (47). L’âge plus avancé de la mère et le recours à des technologies de reproduction assistée sont également vus comme des facteurs ayant contribué à la hausse du nombre de naissances multiples et prématurées au cours des 20 dernières années (50).

La prévalence d’anomalies du tube neural (ATN) a baissé (2), mais des bébés naissent encore atteints de telles anomalies. Un aperçu des conséquences des ATN mentionne plusieurs problèmes de santé pouvant réduire la qualité de vie et entraîner des invalidités chroniques et des fardeaux sociaux, financiers et psychologiques pour l’enfant et la famille. Les conséquences peuvent être légères ou graves, et inclure une hausse de la mortalité infantile et des invalidités physiques et mentales à vie (15).

Les anomalies congénitales liées à la consommation de drogues ou d’alcool, telles que le trouble du spectre d’alcoolisation du fœtus (TSAF), peuvent entraîner des retards de développement et des problèmes de santé qui durent toute la vie. Les bébés qui ont été exposés à l’alcool avant leur naissance risquent de subir des dommages cérébraux, des troubles visuels et auditifs, un ralentissement de la croissance, des handicaps physiques tels que des problèmes des reins et des organes internes, des anomalies squelettiques telles qu’une malformation faciale, des difficultés d’apprentissage, des difficultés à se souvenir et à comprendre les conséquences des actions, la dépression, le trouble obsessionnel-compulsif, des problèmes avec la justice, la toxicomanie ou l’alcoolisme ainsi que la difficulté à vivre de façon autonome et à conserver un emploi (52).

Les facteurs psychosociaux peuvent améliorer la santé avant la grossesse et la santé prénatale ainsi que la préparation au rôle parental ou y nuire. D’après l’Institut canadien de l’information sur la santé (ICIS) (50), une bonne santé mentale fait partie de la santé globale, du bien-être et de la qualité de vie.

Plusieurs facteurs, notamment les différends conjugaux, la violence infligée par le partenaire intime, le chômage, la pauvreté, l’isolement social et le manque de temps peuvent contribuer aux symptômes de dépression et à la diminution du bien-être mental. Pour certains de ces facteurs et pour les femmes qui ont des problèmes de santé mentale préexistants, la grossesse peut, en fait, amplifier le risque. On a également remarqué que les femmes enceintes qui ont des problèmes de santé mentale préexistants ne reçoivent, la plupart du temps, pas de traitement adéquat ou approprié pendant leur grossesse (53).

Les organismes de santé publique s’intéressent particulièrement aux enjeux de la santé génésique qui sont susceptibles d’être influencés par des interventions globales de promotion de la santé au niveau communautaire. Les enjeux en question comprennent le faible poids à la naissance, les naissances prématurées, les infections congénitales et les anomalies congénitales évitables comme l’ATN ou le TSAF.

L’approche axée sur la santé de la population atteint son objectif d’amélioration de la santé de l’ensemble de la population en tenant compte des déterminants de la santé et stratégies visant à réduire les inégalités entre les groupes concernant l’état de santé (54). La sous-scolarisation de la mère, un faible statut socioéconomique, les différences sociales et raciales et les conditions défavorables dans le milieu de vie sont tous mentionnés parmi les facteurs clés qui sont systématiquement reliés à des effets défavorables sur le plan de la santé génésique (naissance prématurée, hypotrophie, mortinatalité, mortalité infantile) et à des comportements maternels nuisibles pour la santé (tabagisme, exposition à la fumée secondaire, taux moins élevés d’allaitement maternel et de prise de suppléments d’acide folique avant la grossesse) (2, 30). On trouvera une orientation pratique relativement à ce projet dans Steps to Equity: Ideas and Strategies for Health Equity in Ontario, 2008–2010 (56).

Les professionnels de la santé publique reconnaissent que les effets sur la santé, les pratiques en matière de santé, de stratégies parentales et d’allaitement maternel sont influencés par des facteurs externes (l’économie, un milieu social favorable et sécuritaire, l’accessibilité des services et l’exposition aux facteurs environnementaux) qui influencent le cours de la vie des gens. L’exposition à une variété de risques environnementaux (polluants, pesticides, etc.) est également associée à plusieurs problèmes touchant la santé génésique, depuis la période précédant la conception jusqu’à la fin de la grossesse (8, 30).

La réduction de l’exposition aux substances potentiellement toxiques dans l’environnement exige des interventions de santé publique sur plusieurs volets. Cela peut comprendre, entre autres, la diffusion des connaissances auprès du personnel au sujet des risques associés aux dangers environnementaux pour la santé avant, pendant et après la grossesse.

La portée des NSPO relatives à la santé génésique englobe des activités auprès de la population qui sont conçues pour favoriser la santé publique et la collaboration avec des partenaires communautaires afin de travailler sur les déterminants globaux de la santé et de réduire les inégalités à cet égard (1). Les facteurs de risque externes peuvent inclure la pauvreté, l’exposition à des substances environnementales et les effets psychosociaux de la pauvreté (l’isolement, la violence, la dépression).

Les activités comprennent le travail avec des partenaires communautaires en vue d’influencer l’élaboration et la mise en œuvre de politiques propices à la santé et la création ou l’affermissement de milieux de vie propres, favorables et sécuritaires afin d’améliorer l’état de santé avant la grossesse et de santé prénatale, la préparation au rôle parental et la diffusion de l’information auprès des groupes prioritaires.

c) Quelles stratégies peuvent aider à alléger le fardeau que représente une mauvaise santé génésique?

Une approche axée sur la santé de la population pour réduire le fardeau que représente une mauvaise santé génésique permet d’optimiser la santé et le bien-être des gens en âge de procréer (notamment les personnes qui planifient une grossesse), les femmes enceintes, leurs fœtus et les enfants qu’ils deviendront. Conformément à la définition de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) concernant une approche axée sur la santé de la population (54), des stratégies intégrées de soins de santé, de prévention, de protection, de promotion de la santé et d’action sur les déterminants élargis de la santé sont requises dans différents contextes.

Outre les approches axées sur la population, des approches universelles visant à améliorer les résultats en santé génésique, la diffusion auprès des groupes prioritaires et les programmes ciblés sont importants si l’on veut répondre aux besoins particuliers des populations les plus vulnérables (comme les mères adolescentes, les femmes enceintes qui fument, qui boivent ou qui prennent des drogues ou les femmes qui n’ont pas de fournisseurs de soins primaires).

Alors que l’approche axée sur la santé de la population permet d’envisager la population tout entière au chapitre des résultats pour la santé, cela peut également comprendre une approche ciblée auprès des populations spécifiques si l’on constate des iniquités sur le plan de la santé ou si un sous-groupe de la population est défavorisé sur le plan des résultats en santé. Dans les NSPO, ces groupes sont appelés les « groupes prioritaires » (1). Par exemple, les interactions et les activités d’aiguillage du programme « Bébés en santé, enfants en santé » comprennent des interventions universelles et ciblées auprès des familles présentant un risque élevé.

L’accent mis sur les groupes prioritaires dans le cadre d’une approche axée sur la santé de la population exige des praticiens du secteur de la santé publique qu’ils améliorent l’accessibilité de l’intervention à certains sous-groupes ou, dans d’autres cas, qu’ils développent des stratégies spécifiques visant à réduire les inégalités entre les déterminants sociaux de la santé touchant certains groupes.

Les stratégies communautaires qui assurent un accès équitable aux soins de santé primaires et aux soins dentaires et de meilleures pratiques de santé durant la période précédant la grossesse et la période prénatale parmi les professionnels de la santé, sont des aspects importants pour améliorer la santé à ce moment-là. Toutefois, il existe une limite à l’impact que les seules interventions cliniques peuvent avoir pour améliorer plus encore les résultats en santé génésique et réduire les taux d’hypotrophie et de prématurité (20).

D’importantes mesures sur le plan de la santé publique sont axées sur les facteurs modifiables de risques individuels qui sont associés à la naissance de bébés dont la santé sera déficiente. Les facteurs de risque individuels peuvent inclure les comportements de la mère sur le plan de la santé (tabagisme, mauvaise nutrition, activité physique, mésusage de substances, prise de supplément d’acide folique) ou les caractéristiques liées à la santé maternelle (infection maternelle, hypertension, âge, prise de poids avant la grossesse et poids de la mère à sa naissance) (50, 57). Les activités comprennent notamment des stratégies de communication sur la santé ainsi que des stratégies de changement de comportement telles que l’offre de ressources de formation sur la santé, des programmes d’acquisition de compétences en groupe et des interventions ou des services individuels.

Les stratégies axées sur les comportements individuels ne suffisent pas; les services de santé publique doivent également travailler avec d’autres partenaires sur les déterminants sociaux plus larges et réduire les inégalités qui en résultent au niveau de la santé. En collaboration avec des partenaires communautaires, les organismes de santé publique peuvent également orienter leurs activités sur des stratégies de prévention secondaire telles que des recommandations visant l’élaboration de politiques afin de soutenir le dépistage universel régulier de la violence faite aux femmes par leur partenaire intime (29), des efforts pour identifier et traiter la dépression pendant la grossesse (2) ou des lignes directrices cliniques à appliquer, à chaque contact, afin de jauger l’état la santé mentale des femmes enceintes qui ont déjà eu un problème de santé mentale (58).

Dans le cadre du programme Santé génésique, des activités efficaces de promotion de la santé mentale devraient inclure l’acquisition du savoir, des forces, des atouts et des ressources nécessaires à la santé mentale (bonnes stratégies d’adaptation, création de relations saines, soutien émotionnel et social, estime de soi, disponibilité de ressources personnelles, satisfaction des besoins fondamentaux et accès aux ressources communautaires).

d) Dans la province, quels mandats, directives politiques et stratégies permettent d’optimiser la santé avant la grossesse et la santé prénatale, et de soutenir la préparation au rôle parental?

Les efforts déployés afin d’améliorer la santé avant et pendant la grossesse, les résultats sur le plan de la santé génésique et la préparation au rôle parental présentent des avantages à long terme pour la population de l’Ontario. Dans le document du cadre stratégique Des Ontariennes et des Ontariens en santé, un Ontario en santé, le ministère de la Promotion de la santé (MPS) souligne que ses efforts porteront en priorité sur les enfants et les adolescents. « Nous conservons toute notre vie les comportements et les attitudes adoptés pendant notre enfance. Des enfants actifs et en santé deviendront des adultes actifs et en santé. Nous bâtirons une génération d’Ontariens et d’Ontariennes en meilleure santé (59). »Cette priorité vient étayer les normes relatives aux programmes de santé familiale des Normes de santé publique de l’Ontario (NSPO), dont le programme Santé génésique.

Le cadre stratégique 2008-2012 du ministère des Services à l’enfance à la jeunesse, intitulé Réaliser le potentiel de nos enfants, de nos jeunes et de notre avenir (http://www.children.gov.on.ca/htdocs/French/documents/about/StrategicFramework.pdf) (60) imagine un Ontario où tous les enfants et les jeunes ont les meilleures chances de réussite et les meilleures occasions de réaliser leur plein potentiel. Les stratégies provinciales (comme la Stratégie de réduction de la pauvreté de l’Ontario, (http://www.children.gov.on.ca/htdocs/French/breakingthecycle/index.aspx) aident également à optimiser l’atteinte des objectifs en matière de santé génésique des NSPO.

Des partenariats interministériels et des politiques publiques saines aident à optimiser le soutien par rapport à la santé avant la grossesse, à la santé prénatale et la préparation au rôle parental. Le programme « Bébés en santé, enfants en santé »est un aspect des programmes Santé génésique et Santé des enfants qui est conçu pour donner aux enfants le meilleur départ possible dans la vie. Le ministère des Services à l’enfance et la jeunesse (MSEJ) gère le programme dont les différents volets sont mis en œuvre par les bureaux de santé publique. Les programmes Santé génésique et Santé des enfants sont soutenus par le ministère de la Promotion de la santé, et les résultats sont obtenus grâce à la mise en œuvre de tous les volets du programme Santé génésique.

Les bureaux de santé publique sont responsables de l’application des Normes de santé publique de l’Ontario, dont les exigences du programme Santé génésique (1). Ces exigences, ainsi que celles du programme Santé des enfants, composent les normes relatives aux programmes de santé familiale. À chaque norme correspondent des résultats sociétaux et des résultats attendus des conseils de santé afin d’atteindre un but global en matière de santé génésique.

Une mise en œuvre efficace du programme Santé génésique exige la collaboration entre plusieurs programmes de santé publique (Santé des enfants, Prévention des maladies chroniques, Santé sexuelle, Hygiène du milieu, Prévention et contrôle des maladies infectieuses). La Section 4 contient des précisions sur l’intégration.

e) Quels sont les arguments et les raisonnements à l’appui de l’orientation?

La période avant la grossesse est le moment de prendre des décisions sur la grossesse et le rôle parental et d’atteindre un état de santé optimal avant la conception pour éviter les problèmes pendant la grossesse et améliorer la santé du bébé à la naissance (62). Toutefois, la période avant la grossesse n’est pas une période exactement définie et les occasions d’améliorer les résultats sur le plan de la santé génésique sont souvent manquées. Souvent, la grossesse n’est pas planifiée, aussi la femme ne sait-elle pas qu’elle est enceinte pendant les premières semaines, très importantes, qui suivent la conception. Même lorsqu’elles planifient leur grossesse, de nombreuses futures mères attendent qu’elle soit confirmée avant d’adopter un mode de vie sain ou d’obtenir des soins primaires, et il risque alors d’être trop tard pour remédier à certains facteurs de risques modifiables. Par conséquent, les stratégies de promotion de la santé avant la grossesse doivent accroître la proportion de grossesses planifiées et le nombre de personnes en âge de procréer qui prennent des mesures conscientes pour améliorer leur santé avant la grossesse (62).

Les stratégies de santé prénatale prennent la relève des stratégies de santé avant la grossesse. Les issues favorables de la grossesse associées à une bonne santé prénatale comprennent un accouchement à terme et sans complications, un poids normal à la naissance, un moindre risque d’anomalies congénitales et un développement normal du cerveau pour le nourrisson. La préparation au rôle parental doit avoir lieu longtemps avant la naissance du bébé. La transition au rôle parental est une période de grands changements pour les personnes concernées, pour leur relation de couple et pour la dynamique de l’unité familiale.

Une enquête nationale portant sur les parents de jeunes enfants (45) a constaté qu’avant la naissance du premier bébé, seulement 44 % des parents se sentaient prêts à assumer un rôle parental; après la naissance du bébé, ce pourcentage chutait à 18 %. Ces résultats sont significatifs, car la recherche indique que les connaissances et la confiance relativement au rôle parental ont une corrélation positive avec la santé et le bien-être des enfants (45, 63).

En plus des ressources et du soutien au rôle parental et aux soins à apporter aux nourrissons pour les futurs parents, il faudrait être attentif au niveau de stress accru, aux nouvelles responsabilités et à l'évolution des rôles et des relations entre les partenaires et/ou les membres de la famille (64, 65). La capacité d’effectuer une transition saine du rôle de partenaire à celui de parents solidifie les liens dans le couple, aide à créer un milieu sain et attentionné pour le nouveau-né et permet aux couples de participer à un processus d’apprentissage adaptatif qui favorisera un rôle parental positif au fil du temps.

En ce qui concerne l’alimentation du nourrisson, de nombreux facteurs influencent la décision d’une famille au sujet de l’allaitement maternel (66). « La recherche indique que près de la moitié des femmes prennent leurs décisions relativement à l’alimentation du nourrisson avant la grossesse et jusqu’à la moitié d’entre elles prennent ces décisions pendant la grossesse » (5). L’allaitement maternel exclusif pendant six mois et l’utilisation d’aliments complémentaires sécuritaires et appropriés accompagnant la poursuite de l’allaitement maternel jusqu’à l’âge de deux ans et plus sont considérés comme le choix le plus favorable à la santé de la mère et du nourrisson (67–69). La formation prénatale sur l’allaitement maternel est considérée comme ayant une incidence positive sur les taux d’initiation et de persistance, surtout chez les femmes qui n’ont aucune expérience à cet égard (6). Les initiatives de formation sur les bienfaits de l’allaitement maternel, les meilleures pratiques à cet égard et les services de soutien disponibles doivent faire partie de la préparation avant la grossesse et la naissance dans le cadre des stratégies de préparation au rôle parental avant la grossesse et avant l’accouchement (5).

Section 3. Exigences des NSPO en matière de santé génésique

Remarque : L’exigence n° 7 des NSPO (programme « Bébés en santé, enfants en santé ») n’est pas traitée dans ce document d’orientation. On trouvera le lien menant au protocole dans cette section, sous l’exigence n° 7.

a) Évaluation et surveillance

Exigence n° 1

Le conseil de santé doit effectuer une analyse épidémiologique des données de surveillance et examiner l’évolution des tendances au fil du temps, les nouvelles tendances et les groupes prioritaires, conformément au Protocole d’évaluation et de surveillance de la santé de la population, 2008 (ou à la version en vigueur), concernant ce qui suit :

  • la santé avant la grossesse;
  • les grossesses en santé;
  • les résultats en santé génésique;
  • la préparation au rôle parental.
1.Niveau national

Les sources de données et d’informations nationales aident les conseils de santé à contrôler les données sur la surveillance pour les secteurs couverts par le programme Santé génésique. Par exemple :

Des rapports sur des sondages ponctuels fournissent également des indicateurs des résultats du programme Santé génésique. Par exemple :

(http://www.beststart.org/resources/preconception/index.html).

Même si ce n’est pas un rapport de sondage, l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) a publié Réduction des écarts en matière de santé : un regard sur le statut socioéconomique en milieu urbain au Canada (37) (http://secure.cihi.ca/cihiweb/dispPage.jsp?cw_page=PG_1690_F&cw_topic=1690&cw_rel=AR_2509_F). C’est un exemple des ressources nationales qui établissent un lien entre les données sur le statut socioéconomique et les répercussions et comportements en matière de santé.


Les bureaux de santé publique reçoivent le fichier partageable contenant des données des dossiers de l’ESCC sur les répondants de l’Ontario qui ont accepté que leurs renseignements soient transmis aux ministères provinciaux de la santé. Ces informations sont diffusées aux bureaux de santé publique par la Direction de l’analytique en matière de santé du ministère de la Santé et des Soins de longue durée (MSSLD). Les bureaux de santé publique reçoivent également le fichier Public Use Microdata File (PUMF) des données des dossiers de l’ESCC, où certaines réponses sont groupées en catégories afin d’assurer leur anonymat. Cet arrangement se fait par l’intermédiaire de Statistique Canada au moment indiqué par la Direction de l’analytique en matière de santé du MSSLD. L’ESCC peut servir à mener des recherches sur l’état de santé et les comportements des hommes et des femmes en âge de procréer.

2. Niveau provincial

Le Système ontarien de surveillance en matière de soins périnatals(47) (http://www.apheo.ca/resources/events/08/meetingdocs/20081121%20OPSS%20Presentation.pdf) est un système de surveillance périnatale qui regroupe les données de cinq sources (base de données périnatales Niday, base de données du Fetal Alert Network, base de données du Programme ontarien de coordination des services de sages-femmes, Programme de dépistage des maladies chez les nouveau-nés de l’Ontario et la base de données du programme de dépistage Ontario Multiple Marker Screening) afin de permettre la constitution d’un système de surveillance périnatale à l’échelle provinciale.

La liste des indicateurs de base de la santé publique en Ontario (http://www.apheo.ca/index.php?pid=55) indique les sources de données qui aident aussi les conseils de santé à surveiller les données relatives à la santé génésique au fil du temps. Les indicateurs fondamentaux possibles liés à la santé génésique comprennent actuellement la prise de suppléments d’acide folique et le tabagisme pendant la grossesse. L’annexe A contient un exemple de sources de données disponibles pour les bureaux de santé qui veulent faire le suivi des indicateurs fondamentaux.

L’Ontario réunit également des données sur la santé génésique par l’intermédiaire de ServiceOntario et du Bureau du registraire général de l’état civil. Ces informations sont traitées et fournies par le truchement des rapports de Statistique Canada sur les statistiques de l’état civil (comme les naissances vivantes, les fausses couches, la mortalité, le poids à la naissance, l’âge gestationnel). Le personnel des bureaux de santé publique (c’est-à-dire des épidémiologistes et des analystes) peut recevoir une formation sur savoirSANTÉ ONTARIO et y avoir accès. Il s’agit d’une application Web qui permet à l’utilisateur de faire des recherches dans les ensembles de données administratives cliniques de l’Ontario qui sont détenus par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée dans la Base de données provinciale de planification des services de santé (BDPPSS).

3. Niveau local

Le mécanisme actuel de collecte de données, le site du Système rapide de surveillance des facteurs de risque (RRFSS) (http://www.rrfss.ca/) (72), qui s'adresse seulement à quelques bureaux de santé en Ontario, permet de faire le suivi des modules locaux de santé génésique. L’utilisation du Système d’information sur les services intégrés pour enfants (SISIE) et de certaines collections de la base de données périnatales Niday permet de doter les programmes de santé génésique comme le programme « Bébés en santé, enfants en santé » de plus d’information locale.

Les rapports locaux faisant le point sur la santé génésique aident les conseils de santé à surveiller les données et les indicateurs à l’échelle locale au fil du temps. Parmi les exemples récents, mentionnons la série The Health of Toronto’s Young Children (73) (http://www.toronto.ca/health/hsi/hsi_young_children.htm) et Reproductive Health Status in Oxford County (74). Les exemples présentent notamment une approche globale par rapport à la préparation de rapports sur les indicateurs locaux de santé génésique, les résultats et les facteurs liés au mode de vie.

Les enquêtes menées à l’échelle locale peuvent également contribuer à la collecte de données. À titre d’exemple, le Bureau de santé de Peterborough a élaboré un sondage visant les adolescents de 14 à 19 ans pour faire le point sur l’état de leurs connaissances au sujet de la santé avant la grossesse.

Les NSPO, et en particulier la norme fondamentale, exigent que les bureaux de santé publique identifient les groupes prioritaires au moyen de données de surveillance, d’analyses épidémiologiques ou d’autres formes de recherche, notamment des consultations auprès de la collectivité et des autres parties prenantes (1). Le document intitulé Why We Need to Work with Priority Populations and How this Relates to Population Health, disponible à l'adresse suivante : (http://www.health.gov.on.ca/transformation/providers/information/resources/profiles/profile_waterloo.pdf) (75), décrit les démarches à effectuer pour identifier et décrire les preuves des inégalités au chapitre de la santé et de l’état de santé.

b) Promotion de la santé et élaboration de politiques

Exigence n° 2

Le conseil de santé doit collaborer avec les partenaires communautaires en utilisant une approche globale de la promotion de la santé afin d’influencer l’élaboration et la mise en œuvre de politiques favorisant la santé ainsi que la création de milieux favorables en rapport avec ce qui suit :

  • la santé avant la grossesse;
  • les grossesses en santé;
  • la préparation au rôle parental.

Le conseil de santé doit notamment :
a. évaluer la situation conformément au Protocole d’évaluation et de surveillance de la santé de la population, 2008 (ou à la version en vigueur);
b. examiner, adapter et fournir des ressources et des programmes favorisant un changement de comportement. Il peut s’agir notamment de ressources appuyant le programme scolaire (dans les jardins d’enfants, les écoles, etc.), de soutien destiné aux lieux de travail ou de possibilités de formation ou d’acquisition de compétences.
Dans le cadre du programme Santé génésique, il est primordial que les bureaux de santé publique collaborent avec des partenaires communautaires en vue d’influencer l’élaboration et la mise en œuvre de politiques propices à la santé ainsi que la création ou l’affermissement de milieux favorables afin d’améliorer l’état de santé avant la grossesse et la préparation au rôle parental et de favoriser des grossesses en santé. Ces stratégies consistent notamment à examiner, adapter et fournir des ressources et des programmes favorisant un changement de comportement. Cela peut comprendre aussi des ressources appuyant le programme scolaire dans les jardins d’enfants, les écoles, etc., le soutien destiné aux lieux de travail ou les possibilités de formation ou d’acquisition de compétences.
La Charte d’Ottawa pour la promotion de la santé (76) souligne bien que les stratégies visant à élaborer des politiques sanitaires dépassent la portée du programme de santé et doivent intégrer tous les secteurs et tous les niveaux où les auteurs de politiques interviennent : « Il s’agit d’une action coordonnée qui conduit à la santé, et de politiques fiscales et sociales favorisant une plus forte égalité » (76).
Une politique de santé exige des efforts pour influencer les politiques, les procédures d’exploitation, ainsi que les règles, règlements et lois qui ont un impact direct sur la santé. En ce qui concerne la création d’un milieu favorable, la Charte d’Ottawa pour la promotion de la santé énonce également que « l’évolution des schèmes de la vie, du travail et des loisirs doit être une source de santé pour la population, et la façon dont la société organise le travail doit permettre de la rendre plus saine » (76).
Les politiques de promotion de la santé et les stratégies visant la création d’un milieu favorable peuvent être axées sur des problèmes particuliers liés à la santé, ou viser des déterminants sociaux à plus vaste échelle. Parmi les exemples de telles activités de plus vaste échelle, mentionnons la mise en valeur de rapports entre la santé génésique et un faible revenu afin d’élaborer des stratégies de réduction de la pauvreté, de défense des droits et de soutien d’enjeux tels que la sécurité alimentaire et la création de services de garde d’enfants à coût raisonnable, l’établissement de réseaux sociaux entre les futurs parents qui sont isolés, la participation à des stratégies de prévention de la violence familiale, la collaboration entre collectivités et secteurs pour répondre aux besoins économiques des groupes prioritaires et offrir des outils, des ressources et un soutien sans lien de dépendance à des groupes communautaires qui s'organisent autour de vastes questions touchant la santé génésique (développement et habilitation communautaires).
Les bureaux de santé peuvent également collaborer à la création de milieux favorables qui minimisent les risques posés par le milieu de vie. On peut citer par exemple la distribution d’eau potable aux collectivités où les niveaux de nitrates sont très élevés (ce qui met en danger la vie des nourrissons de moins de six mois). Les bureaux de santé pourraient envisager la création de comités consultatifs communautaires et la promotion de dispositions législatives fédérales ou provinciales.
La réalisation d’une évaluation de situation pour se conformer aux exigences du programme Santé génésique nécessite la collecte et l’analyse de données afin d’effectuer une évaluation explicite d'un organisme ou d'un programme dans son contexte. Dans la deuxième étape de son outil de planification Online Health Promotion Planner, l’organisme The Health Communication Unit (THCU) (77) donne une définition complète d’une évaluation de situation pour les besoins de la santé publique (voir (http://www.thcu.ca/).

Les ressources suivantes créées par le Bureau de santé de la région de Waterloo pourraient aider à inclure les groupes prioritaires dans les évaluations de situation :
Why We Need to Work with Priority Populations and How this Relates to Population Health (2009) (http://www.health.gov.on.ca/transformation/providers/information/resources/profiles/profile_waterloo.pdf) (75)
Evidence and Practice Planning Framework for Addressing Health Inequities (2009) (http://www.health.gov.on.ca/transformation/providers/information/resources/profiles/profile_waterloo.pdf) (78)
Process to Determine Priority Populations (2008) (http://www.health.gov.on.ca/transformation/providers/information/resources/profiles/profile_waterloo.pdf) (79)
Process to Determine Priority Neighbourhoods (2008) (http://www.health.gov.on.ca/transformation/providers/information/resources/profiles/profile_waterloo.pdf) (80)
Il existe différents organismes qui offrent et soutiennent la promotion de la santé génésique et la prestation directe de services. Au moment d’entamer une évaluation de la situation, la collaboration avec les partenaires internes et externes du bureau de santé, provenant des secteurs de la santé, des services sociaux et de l’enseignement, devrait être envisagée (cliniques de santé sexuelle, écoles secondaires et postsecondaires, centres de développement de la petite enfance de l’Ontario, Programme canadien de nutrition prénatale (PCNP), volet de visites à domicile du programme « Bébés en santé, enfants en santé », etc.). L’examen des mandats de partenaires externes, des politiques, des groupes servis ou de la portée de la pratique et de la perception de l'enjeu de santé génésique identifié peut enrichir l’évaluation de la situation et révéler des zones d’alignement propices à la collaboration. Les partenaires de ressources provinciales sont notamment le Centre de ressources Meilleur départ (http://www.beststart.org) et Motherisk (http://www.motherisk.org).
Lorsqu’on évalue la situation, il est bon de réaliser un examen de la documentation sur la santé génésique afin de mieux comprendre les enjeux spécifiques touchant la santé, cerner le groupe visé et réunir des arguments en faveur des stratégies devant être mises en œuvre. Il existe également des sources de données de surveillance qui permettent d’établir des comparaisons nationales, provinciales et locales pour aider à discerner le degré de priorité de l’enjeu.

Les lignes directrices liées aux meilleures pratiques en matière de santé génésique contiennent des recommandations tirées d’un examen des publications et des opinions d’experts. Des exemples extraits de la ligne directrice Breastfeeding Best Practice Guideline for Nurses (6) de l’Association des infirmières et infirmiers autorisés de l’Ontario (RNAO) comprennent les directives La cessation du tabagisme : intégration dans la pratique quotidienne des soins infirmiers(81) et Client Centre Care et Breastfeeding. Les recommandations des Centers for Disease Control, Recommendations to Improve Preconception Health and Health Care --- United States (82), constituent un autre exemple, disponible à (http://www.cdc.gov/mmwr/preview/mmwrhtml/rr5506a1.htm)

En plus de la collaboration avec les organismes locaux et les autres bureaux de santé, on peut solliciter les groupes prioritaires locaux en les invitant à participer à des groupes d’étude, à des enquêtes ou au processus, ce qui permettra de faire reposer le plan de promotion de la santé sur des fondements éclairés.
Une fois l’évaluation de la situation terminée, l’analyse de toute l’information, le résumé des constatations et la communication des résultats aideront à cibler la vision globale du programme afin de choisir les actions les plus appropriées.
L’outil Online Health Promotion Planner (http://www.thcu.ca/) (77) du THCU peut aider à poursuivre le développement du projet, y compris l’établissement de buts, d’objectifs et de décisions quant aux stratégies.
Les activités d’élaboration de politiques qui font la promotion de la santé avant la grossesse, de la santé prénatale et de la préparation au rôle parental peuvent également être mises en œuvre dans le conseil de santé (comme l’outil Routine Universal Comprehensive Screening (RUCS) ou la directive de la RNAO sur les meilleures pratiques) (29). Les conseils de santé peuvent également aider les partenaires communautaires à élaborer des politiques de santé génésique et à créer des milieux favorables au sein de l’organisation partenaire ou entre plusieurs organismes communautaires (comme des partenariats PCNP, la distribution de suppléments vitaminiques prénatals, des directives médicales).
Des politiques devraient être élaborées pour s’attaquer aux défis posés par les questions d’équité, d’accès et de diversité. Toutes les interventions du programme Santé génésique devraient être adaptées aux besoins et aux capacités des groupes prioritaires. Les organismes de santé publique doivent collaborer avec les réseaux communautaires et les parties prenantes afin d’élaborer des politiques qui permettent d’assurer que les services de santé génésique sont faciles d’accès pour les groupes prioritaires et offrent un soutien global qui apporte des solutions aux facteurs contribuant aux situations d’inégalité en matière de services de santé.
Des exemples d’outils qui aident les conseils de santé à tenir compte de la diversité, de l’accès et de l’équité dans l’ensemble de leurs programmes sont notamment ceux du Bureau de santé de la région de Waterloo, (http://www.health.gov.on.ca/transformation/providers/information/resources/profiles/profile_waterloo.pdf), et ceux du Bureau de santé publique de Toronto : Toronto Public Health Practice Framework (83), Assuring Access and Equity through Diversity Competence, un modèle de formation pour tous les membres du personnel (84) et TPH Practice Framework Program Planning Kit #1–4 (85).  

L’étude des risques environnementaux est un nouveau point d’intérêt pour l’élaboration de politiques de santé publique à l’appui des résultats en santé génésique. Des exemples précis seraient, entre autres, les métaux, les diphényles polychlorés, les pesticides, l’air, l’eau potable et les contaminants alimentaires. Le Partenariat canadien pour la santé des enfants et de l’environnement (PCSEE) est une ressource utile au sujet des contaminants environnementaux (voir (http://www.healthyenvironmentforkids.ca).
Voici d’autres exemples de ressources utiles pour l’élaboration de politiques :

  • La ligne directrice sur l’allaitement maternel, Breastfeeding Best Practice Guidelines (6), de la RNAO, (http://www.rnao.org), qui contient des arguments et des recommandations favorisant la promotion et l’évaluation pendant la période précédant l’accouchement.
  • La ligne directrice sur l’abandon du tabagisme, La cessation du tabagisme : intégration dans la pratique quotidienne des soins infirmiers(81), de la RNAO, qui recommande, dans la mesure du possible, des interventions intensives auprès des femmes enceintes et qui ont accouché. Elle contient également des arguments en faveur d’un traitement de substitution de la nicotine pour les femmes qui sont enceintes ou qui allaitent et qui n’arrivent pas à cesser de fumer. Ce sont deux excellents exemples de politiques sur la santé et de la création d'un milieu favorable.
  • De nombreux bureaux de santé ont mis au point des politiques de dépistage complet universel régulier (RUCS).
  • Des politiques ont été mises au point pour former le personnel relativement à utilisation de solutions narratives et orientées sur la recherche de solutions pour soutenir la prestation de soins axés sur les clients et fondés sur les forces, comme Narrative and Solution Focused Approaches Training Evaluation Summary Report (86) du TPH.

Voici des exemples d’élaboration de politiques et de ressources et programmes permettant de favoriser un changement de comportement qui contribue à la création de milieux favorables dans des collectivités et partenariats spécifiques :

i) Les écoles secondaires (d'orientation sur la santé en milieu scolaire)

  • Le programme du Bureau de santé de la région de Peel, Destination Parenthood: Arrive Prepared, est conçu pour répondre à plusieurs attentes associées au cours de 11e année sur le rôle parental. Il intègre des sujets importants sur la santé comme la planification et la préparation au rôle parental, la conception, la grossesse et l’accouchement, les soins postnatals à la mère et au nourrisson, le développement de la petite enfance et les stratégies parentales.
  • Le Bureau de santé de la région du Niagara possède également un programme de santé génésique pour les écoles secondaires.
  • Le groupe de travail sur l’allaitement maternel de l’Association pour la santé publique de l’Ontario (OPHA) a conçu une trousse d’information et d’activités sur l’allaitement à l’intention des enseignants des écoles secondaires (87). (d’orientation sur la santé de l’enfant )
  • Le Bureau de santé de Peterborough a adopté une approche axée sur le développement de la collectivité pour soutenir les adolescentes enceintes et les jeunes mères qui veulent terminer leurs études secondaires. Ses efforts en vue d’engager des partenaires communautaires ont permis la création d’une école pour les jeunes mères, soutenue par le conseil scolaire, le bureau de santé publique, le Centre de développement de la petite enfance de l’Ontario, les services sociaux et un organisme confessionnel, en vue d'offrir un enseignement personnalisé en classe, une formation sur la santé et le rôle parental et un soutien aux services de garderie sur place.

ii) Milieux de travail

  • Le programme du Bureau de santé de Kingston, Frontenac, Lennox et Addington, Achieving Family Work-Life Balance: Working Together to be Family Friendly (88), favorise la création de milieux de travail adaptés aux besoins des familles et prévoit des ressources en santé génésique.

iii) Fournisseurs de soins (et/ou organismes de réglementation si possible)

  • Préconiser la prestation de services de counseling sur la santé avant la grossesse aux personnes en âge de procréer, chaque fois que c’est possible. Les bureaux de santé peuvent épauler les fournisseurs de soins primaires par l'intermédiaire de ressources qui résument pourquoi le counseling en santé avant la grossesse est important, et ce qui devrait être fait, les outils de dépistage, la documentation d'entraide et l'information concernant les programmes et les services disponibles.
  • Appliquer et promouvoir les lignes directrices sur les meilleures pratiques de NRT et l’abandon de la cigarette de la RNAO (81).
  • Préconiser et/ou soutenir l’aptitude du praticien à comprendre quand et comment effectuer le dépistage de la consommation d’alcool pendant la grossesse (d’orientation sur la prévention du mésusage de substances). La moitié des Canadiennes et 38 % des femmes enceintes déclarent ne pas avoir reçu de conseils de la part de leur médecin au sujet de la consommation d’alcool pendant la grossesse (12). « La majorité des médecins et des sages-femmes du Canada avouent ne pas discuter de façon systématique du tabagisme, de la consommation d’alcool ou de la toxicomanie avec les femmes en âge de procréer, et près de la moitié (46 %) ne se sentent pas préparés à s’occuper de femmes enceintes qui ont des problèmes de mésusage de substances (13). »
  • Élaborer des politiques et fournir des ressources et de la formation sur l’utilisation de l’outil ALPHA (89) ou de l'échelle de dépression postnatale d’Édimbourg (EPDS) (90) afin de dépister les femmes présentant des signes de dépression, avant l’accouchement.

iv) Partenaires communautaires (collaboration avec les groupes cibles avant la grossesse et avant l’accouchement)

  • Soutenir les autres organismes communautaires afin d’obtenir l’accréditation de l'Initiative des amis des bébésMC (IAB), surtout en ce qui concerne les éléments qui concernent la prise de décisions éclairées quant à l’allaitement au sein ou au biberon et les paramètres imposés aux organismes pour la diffusion de l’information. (d’orientation sur la santé de l’enfant)
  • Offrir une formation, une collaboration et d’autres types de soutien aux autres responsables de la distribution de l’information prénatale et aux membres du personnel dans les centres de formation au rôle parental.
  • Offrir une formation, une collaboration et d’autres types de soutien au personnel des organismes qui desservent les groupes prioritaires (services pour les nouveaux venus au Canada et cuisines communautaires).

Au moment d’évaluer les activités visant à contribuer à l’élaboration de politiques et à la création de milieux favorables au sein des organismes communautaires ou d’un organisme à l’autre, les partenaires communautaires doivent intervenir dès le début, à la table de planification. En plus d’examiner l’évolution désirée des résultats dans le groupe cible (changements de l'état de santé, des comportements, des attitudes), les évaluations doivent tenir compte de l’impact sur les groupes prioritaires (changements à l’accessibilité et aux inégalités sur le plan de la santé). Les évaluations peuvent également englober les indicateurs qui touchent les processus (changements aux pratiques des fournisseurs, satisfaction des clients, indicateurs ACQ, degré d’élaboration et d’adoption des politiques).

Partenaires possibles du programme Santé génésique pour l’élaboration de politiques :

1. Niveau national

  • Motherisk
  • Comité canadien pour l’allaitement (Initiative des amis des bébésMC)
  • Partenariat canadien pour la santé des enfants et de l’environnement (PCSEE)

2. Niveau provincial

  • Centre de ressources Meilleur départ
  • Fondation Investir dans l’enfance
  • The Health Communication Unit (surtout le planificateur des interventions en milieu de travail)

3. Niveau local

  • Programme canadien de nutrition prénatale (PCNP)
  • Sociétés d’aide à l’enfance (SAE)
  • Réseaux pour enfants et jeunes
  • Centres de santé communautaire (CSC)
  • Centres de développement de la petite enfance
  • Équipes Santé familiale
  • Régie des alcools de l’Ontario
  • Responsables de l’élaboration de politiques municipales (p. ex. sur le tabagisme)
  • Fournisseurs de soins primaires
  • Secteur privé (santé et sécurité au travail)
  • Écoles et conseils scolaires
  • Services sociaux

Liens possibles entre les programmes de santé publique et le programme Santé génésique pour l’élaboration de politiques:
Les programmes Santé des enfants (dont les programmes de santé bucco-dentaire et « Bébés en santé, enfants en santé »), Prévention des maladies chroniques (dont les activités dans les écoles en milieu de travail), Santé sexuelle et infections transmissibles sexuellement ou par le sang, Prévention et contrôle des maladies infectieuses, Maladies évitables par la vaccination et Hygiène du milieu, comme la préparation aux risques sanitaires et la préparation.

Exigence n° 3

Le conseil de santé doit sensibiliser davantage le public à la santé avant la grossesse, aux grossesses en santé et à la préparation au rôle parental. Pour ce faire, il doit :

  • adapter ou compléter les stratégies nationales ou provinciales de communication sur la santé;
  • élaborer et mettre en œuvre des stratégies régionales ou locales de communication.

Une approche de marketing social est la clé de l'élaboration d'une stratégie de communication qui soutient les initiatives de sensibilisation du public axé sur la santé avant la grossesse, les grossesses en santé et la préparation au rôle parental. French et Blair-Stevens (91) ont défini le marketing social lié aux questions de santé comme « l'application systématique de concerts et de techniques de marketing afin d'atteindre des objectifs comportementaux précis, d'améliorer la santé et de réduire les inégalités en matière de santé ». [traduction] (Cité par le National Social Marketing Centre) (92). Le National Social Marketing Centre du Royaume-Uni offre des outils et modèles très utiles pour soutenir le marketing social dans le site suivant : (http://www.nsmcentre.org.uk/component/remository/NSMC-Publications/Its-Our-Health-(Full-report)/) (132).

Pour Clanz, Rimer et Viswanath (93), les canaux de communication sont les moyens utilisés pour diffuser les messages, y compris les médias de masse, les supports interpersonnels et la communication électronique. En voici quelques exemples :

  • les canaux médiatiques payés et gagnés comme les annonces à la radio, à la télévision, dans les médias imprimés ou les messages d'intérêt public;
  • les canaux interpersonnels comme les foires sur la santé, les présentations, les récits, les défenseurs communautaires, le théâtre;
  • les canaux de communications électroniques comme les sites Web, les messages en ligne, les disques compacts.

Une évaluation ciblée de la situation (voir l'exigence n° 2a des NSPO) est un bon départ pour la planification des stratégies de communication. Pendant le processus de planification, il faut faire particulièrement attention à l'identification du public spécifiquement ciblé et des groupes prioritaires. On trouvera des outils utiles pour cerner les groupes prioritaires dans le site suivant : (http://www.health.gov.on.ca/transformation/providers/information/resources/profiles/profile_waterloo.pdf).

L'un des défis dans l'élaboration de stratégies de communication efficaces pour la santé avant la grossesse, c'est que les gens qui ne planifient pas une grossesse (un segment inévitable du public ciblé) ne sont, la plupart du temps, pas conscients que le message s'adresse à eux. Les CDC, par exemple, dans leur publication Recommendations to Improve Preconception Health and Health Care --- United States (82), recommandent que la promotion de la santé avant la grossesse ne s'appuie pas uniquement sur des campagnes de promotion de la santé visant à réduire les risques associés au mode de vie dans l’ensemble de la population (réduction du tabagisme, violence par les partenaires intimes, abus d'alcool, etc.), car avant la grossesse, le public ne comprendra pas en quoi ces facteurs et d'autres liés au mode de vie influencent la santé génésique. En fait, cet organisme recommande que la promotion de la santé avant la grossesse « soit axée sur une sensibilisation générale parmi les hommes et les femmes concernant la santé génésique et les risques pour la procréation (82) ». [traduction] Il est plus facile d'élaborer des stratégies de communication pour sensibiliser les gens à l'égard des grossesses en santé et de la préparation au rôle parental, parce que la population ciblée est facile à identifier.

L'évaluation des stratégies de communication doit dépasser le niveau des résultats des processus (comme le nombre d'affiches, le temps en onde des annonces à la télévision, etc.) et viser également les résultats à court et à long terme. Les buts et résultats du modèle logique d'un projet doivent être clairs afin qu'on puisse évaluer leur efficacité. Pour citer un exemple, dans le cas d'une stratégie de lutte contre le TSAF, s'agit-il de modifier le comportement de femmes qui présentent un risque élevé, d'éviter toute consommation d'alcool chez toutes les femmes pendant la grossesse ou simplement de sensibiliser le public à l'égard de ce problème? L'évaluation doit également comprendre le public visé par le message, surtout par rapport aux groupes prioritaires identifiés.

Il est important de cerner les stratégies de communication pertinentes qui existent aux échelons fédéral, provincial et local, y compris les publics ciblés, les groupes prioritaires visés, les messages clés, les canaux de communication, le moment de diffusion et la durée des messages, l'organisme responsable et l'existence ou non d'une évaluation. Pour avoir une utilisation plus efficace des ressources, les stratégies et ressources pertinentes qui existent aux échelons provincial et fédéral doivent être adaptées ou complétées dans la mesure du possible, et les ressources provinciales disponibles, comme celles produites par le Centre de ressources Meilleur départ (http://www.beststart.org), doivent être exploitées au maximum. Par ailleurs, une collaboration doit être envisagée avec les partenaires communautaires ou les autres bureaux de santé ou partenaires régionaux. Il est important de diffuser des messages clés uniformes et d'envisager la création d'une image de marque ou d'un style homogène dans tous les messages connexes afin de renforcer la crédibilité, la clarté et la sensibilisation du public

Les partenariats en matière de stratégies de communication peuvent comprendre, sans s'y limiter, le Comité canadien pour l’allaitement, Santé Canada, la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada, le Centre de ressources Meilleur départ, The Health Communication Unit, la Folic Acid Alliance Ontario, les Équipes Santé familiale, les milieux de travail, les fournisseurs de soins primaires, les médias et partenaires de marketing et les centres de développement de la petite enfance de l'Ontario.

Le Centre de ressources Meilleur départ a mis au point des ressources utiles de planification des stratégies de communication, nommément A Checklist for the Development of Resources on Preconception, Prenatal and Child Health (94), Health Fairs and Preconception, Prenatal and Child Health (95) et Les clés du succès d'une campagne de communication sur la consommation d'alcool durant la grossesse (96).


Le rapport de l’Agence de la santé publique du Canada, Ce que nous avons appris : campagnes de sensibilisation canadiennes importantes à l'égard de l’ETCAF (97), préparé par le Centre de ressources Meilleur départ, peut également s'avérer utile.
Le tableau suivant contient la liste des différents sujets concernant la santé avant la grossesse, les grossesses en santé et la préparation au rôle parental pour lesquels on peut élaborer des stratégies de communication de façon autonome ou en association avec d'autres sujets.

Tableau 2: Sujets pouvant faire l'objet de stratégies de communication potentielles sur la santé génésique

Sujets pouvant faire l'objet de stratégies de communication potentielles sur la santé génésique

Sujet

Santé avant la grossesse

Grossesses en santé

Préparation au rôle parental

Consommation d'alcool ou de drogues

X

X

X

Services communautaires

X

X

X

Santé bucco-dentaire

X

X

Toxines environnementales

X

X

X (FTA*)

Violence familiale

X

X

X

Acide folique

X

X

Antécédents, dépistage, examens

X

X

Milieu familial

X

X

X

Nutrition

X

X

X

Trouble périnatal de l'humeur

X

X

X

Activité physique

X

X

X

Préparation à l'allaitement maternel

X

X

X

Soins primaires génésiques

X

X

Signes et symptômes de l'accouchement prématuré

X

X

Tabagisme

X

X

X

Transition au rôle parental

X

X

X

Milieu de travail

X

X

X

         * FTA : fumée de tabac ambiante

Il ne faut pas oublier que les stratégies de communication ne sont qu'un volet d'une approche globale de promotion de la santé. Elles doivent donc être utilisées en conjonction avec d'autres stratégies telles que la formation, la création de milieux favorables et l'élaboration de politiques afin d’accroître l'efficacité. Par exemple, le Bureau de santé de Peterborough a mené une méta-analyse sur la transition au rôle parental. À partir du résultat de cet exercice, les chercheurs ont examiné les inquiétudes et besoins en information de futurs parents qui n'avaient reçu aucune formation prénatale. Ils ont ensuite entrepris des activités dans les médias, élaboré des programmes d'étude et des expositions concernant la santé prénatale, offert une formation aux membres du personnel des organismes de santé publique et des organismes communautaires partenaires et diffusé des ressources auprès des parents afin de répondre aux questions soulevées.

Les stratégies de communication suivantes sont conçues pour divers publics cibles, utilisent différentes approches et abordent une variété de sujets associés à la santé avant la grossesse et à la santé prénatale ainsi qu’à la préparation au rôle parental.

1. Niveau national

  • Santé Canada (http://www.cpha.ca) a mis au point du matériel de communication sur le TSAF, des affiches et brochures sur l'acide folique, des graphiques, des affiches et des guides sur les grossesses en santé, et des affiches pour la campagne « Dodo sur le dos! »du programme de lutte contre la MSN. On peut trouver une liste de ses campagnes les plus récentes (pas seulement sur la santé génésique) à l'adresse (http://www.hc-sc.gc.ca/ahc-asc/activit/marketsoc/camp/index-fra.php). Il existe également une page Web Renoncement et grossesse, (http://www.hc-sc.gc.ca/hc-ps/tobac-tabac/quit-cesser/fact-fait/preg-gros-fra.php) (98), qui traite des avantages de cesser de fumer dès le début de la grossesse, des risques présentés par le tabagisme et de la fumée secondaire pour le bébé, et qui contient des recommandations pour les femmes qui veulent discuter avec leur médecin au sujet des méthodes d’abandon du tabac qui peuvent leur convenir. La page Web comprend des liens menant au protocole de consultations téléphoniques pour le renoncement au tabagisme chez les femmes enceintes et les nouvelles mères et sur la façon de commander la publication de Santé Canada, Sur la voie de la réussite - Guide pour devenir un non-fumeur (99).
  • La publication de Santé Canada, Bien manger avec le Guide alimentaire canadien, (http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/nutrition/prenatal/index-fra.php), contient de l'information et des conseils pour les femmes en âge de procréer.
  • Le groupement Infant Feeding Action Coalition (INFACT) du Canada a mis au point différents matériels de promotion sur l’allaitement maternel, y compris un dossier de campagne annuelle sur la Semaine mondiale de l'allaitement maternel dans les collectivités et les établissements de santé (100). 
  • Le Comité canadien pour l’allaitement (CCA) est l'autorité nationale pour l’Initiative des amis des bébésMC (IAB) de L’OMS/Unicef, dont il surveille et facilite la mise en œuvre au Canada. On trouvera des ressources sur le site (http://www.breastfeedingcanada.ca/).

2. Niveau provincial

  • PREGNETS (http://www.pregnets.org/) est un programme conçu pour diminuer les conséquences négatives du tabagisme et de la fumée secondaire sur la femme, le fœtus et l'enfant, en encourageant les fournisseurs de soins à intégrer des interventions de contact minimal dans les évaluations régulières et les soins de santé.
  • Le matériel de communication du Centre de ressources Meilleur départ (http://www.beststart.org) peut être adapté à la situation locale. Les sujets traités sont notamment les suivants :
  • Mauvais traitements pendant la grossesse
  • Alcool pendant la grossesse
  • Allaitement maternel
  • Nutrition, la sécurité alimentaire, la prise de poids et l'activité physique pendant la grossesse
  • Troubles de l'humeur post-partum
  • Santé avant la grossesse
  • Santé génésique, y compris des ressources sur les grossesses après l'âge de 35 ans et les signes et symptômes d'un accouchement prématuré
  • Syndrome du bébé secoué
  • Statut socioéconomique et la grossesse
  • Ressources pour les lieux de travail qui traitent des questions des milieux favorables à la vie familiale et du travail des femmes enceintes

D'autres ressources pour les stratégies de communication seraient notamment Folic Acid Alliance Ontario, qui propose du matériel imprimé sur (http://www.folicacid.ca, les ressources de Motherisk ((http://www.motherisk.org/women/) et le Centre de ressources Meilleur départ ((http://www.beststart.org/resources/breastfeeding/) (101).

3. Niveau local

Avant la grossesse

  • La stratégie de campagne médiatique The Odds du Bureau de santé de la région de Peel vise les hommes et les femmes de 18 à 34 ans qui planifient une grossesse. Le message clé de la campagne est : « lorsqu'on ne planifie pas sa grossesse ou qu'on présume qu'une grossesse non planifiée ne peut se produire, on expose son enfant en gestation à un risque ». [traduction] La campagne a été évaluée et modifiée en fonction des résultats. Les sites Web associés à cette campagne sont (http://www.theodds.ca, (http://www.yourboys.ca) et (http://www.quicktest.ca).
  • Le site Web du Bureau de santé de la région du Niagara contient de l'information sur la période de la vie précédant la grossesse qui a donné lieu à une forte demande du guide Planning Ahead for a Healthy Pregnancy: Resource Kit (2008).

Foires de la santé avant la grossesse et de la santé prénatale

  • Le Bureau de santé du comté d'Oxford organise des foires de santé génésique qui offrent des occasions de consultations individuelles et des activités d'information de groupe.
  • Le Bureau de santé de la région de Waterloo organise des foires de santé génésique qui visent des groupes spécifiques tels que les collectivités multiculturelles et rurales.

Avant l’accouchement

  • Santé publique Ottawa, en partenariat avec la Bibliothèque publique d'Ottawa (BPO), a mis au point Prenatal Xpress, une trousse d’information comprenant un livre et un ensemble de DVD qui peut être empruntée auprès de n'importe quelle succursale ou bibliothèque mobile. Dans le cadre de ce partenariat, la collection de livres et de DVD de la BPO a été mise à jour grâce à l'ajout de documents actuel sur la santé périnatale.

Le TSAF

  • Campagne de sensibilisation dans les écoles secondaires, Bureau de santé du comté d'Oxford.

Acide folique

  • Des campagnes qui complètent les campagnes provinciales sont organisées tous les deux ans par le Bureau de santé du district de Leeds, Grenville et Lanark.

Activité physique

  • DVD avec le Dr Matolla, Bureau de santé de Middlesex-London.

Tabagisme (y compris la fumée de tabac ambiante)

  • Documents Web et imprimés du Bureau de santé de la région du Niagara, That Good Reason to be Smoke-Free (2008).

Signes et symptômes d’accouchement prématuré

  • Affiches et coupons détachables du Bureau de santé du district de Leeds, Grenville et Lanark, Recognize and Respond to Preterm Labour, dans le cadre d’une campagne globale, évaluée à l’aide du RRFSS.

Préparation au rôle parental

  • Dans le site Web du Bureau de santé de la région du Niagara, on trouve un guide de ressources, Getting Ready for Parenting Resource Guide (comprenant les 40 caractéristiques développementales que les parents doivent encourager chez leurs enfants, et le premier numéro d’une série de brochures sur le rôle parental, Getting Ready for Parenting: Planning for Pregnancy [2008]), ainsi qu’un lien vers la page Web Be a Great Parent, ainsi que d’autres informations permettant d’aider les parents à jouer un rôle parental positif (2009) (http://www.beagreatparent.ca.)

Préparation à l’allaitement maternel

  • Le Centre de ressources Meilleur départ a un site Web contenant des affiches et du matériel d’exposition faisant la promotion de l’allaitement maternel, qui ont été mis au point par différents bureaux de santé, ainsi que des liens à des ressources internationales et nationales concernant l’allaitement maternel. L’adresse du site est (http://www.beststart.org/resources/breastfeeding/) (101).
  • Le Bureau de santé de la région de Waterloo distribue Put Breastfeeding on the Menu (2008).
  • Campagne de promotion de l’allaitement maternel avant l’accouchement du Bureau de santé de Middlesex-London.

Violence familiale

  • Le Bureau de santé du district de Leeds, Grenville et Lanark a publié 1 in 6 Pregnant Women are Abused, une série d’affiches et de coupons détachables, dans le cadre d’un projet global de développement de la petite enfance, évalué au moyen du RRFSS (2007).

Partenaires possibles de la stratégie de communication du programme Santé génésique :

1. Niveau national

Santé Canada, Agence de la santé publique du Canada, Comité canadien pour l’allaitement, INFACT Canada, TSAF, Folic Acid Alliance Ontario

2. Niveau provincial

Centre de ressources Meilleur départ, The Health Communication Unit

3. Niveau local

Fournisseurs de soins de santé, de services sociaux et de services de formation, réseaux de services à l’enfance et à la jeunesse, petites et grandes entreprises, médias et partenaires de marketing, etc.

Liens possibles avec les programmes de santé publique dans le cadre des stratégies de communication du programme Santé génésique :
Programmes Santé des enfants (dont le programme « Bébés en santé, enfants en santé »), Prévention des maladies chroniques (y compris les activités dans les écoles et en milieu de travail), Prévention des blessures et du mésusage de substances, Santé sexuelle et Hygiène du milieu.

Exigence n°4

Le conseil de santé doit offrir, en collaboration avec les partenaires communautaires, du soutien, des programmes et des services prénatals comprenant ce qui suit :

  • des services de consultation, d’évaluation et d’orientation;
  • des séances de groupe.

Même si cette exigence concerne essentiellement le soutien, les programmes et les services prénatals, les résultats de recherches montrent que les stratégies de promotion de la santé et de prévention des risques avant la grossesse constituent des éléments d’intervention essentiels pour améliorer les résultats en santé génésique. Dans bien des cas, la grossesse n'est pas prévue ou planifiée, et la femme ne sait pas toujours qu'elle est enceinte pendant les premières semaines après la conception, une période critique.

L'adoption d'un mode de vie sain et les consultations en soins primaires sont souvent reportées jusqu'au moment où la grossesse est confirmée, lorsqu'il sera peut-être trop tard pour prévenir certains risques modifiables associés à des problèmes touchant la santé de l'enfant à naître.

Pour cette raison, Les soins à la mère et au nouveau-né dans une perspective familiale : lignes directrices nationales, 4e édition (66) (http://www.phac-aspc.gc.ca/dca-dea/publications/smpf07-fra.php) et les Recommendations to Improve Preconception Health and Health Care --- United States (82) des Centers for Disease Control (CDC) (http://www.cdc.gov/mmwr/preview/mmwrhtml/rr5506a1.htm) soulignent le besoin d'intégrer les initiatives de santé avant la grossesse à un vaste éventail de programmes de formation à la santé et de promotion de la santé, de matériels et d’initiatives de communication ainsi qu’à toutes les rencontres avec des fournisseurs de soins tant que la femme est en âge de procréer. L'intensité du processus de consultation, d'évaluation et d'orientation varie selon l'existence ou non d'une maladie chronique, d'un problème associé à une grossesse antérieure ou d'un facteur de risque comportemental, et il faudra peut-être envisager différents modèles d'intégration aux programmes et services existants.

Les membres du personnel des bureaux de santé publique sont bien placés pour mettre en œuvre ces meilleures pratiques du fait de leurs contacts avec des personnes en âge de procréer dans le cadre d'autres programmes et services et de leur collaboration avec les partenaires communautaires. Les partenaires communautaires possibles comprennent notamment les centres de santé communautaire, les nutritionnistes, les Équipes Santé familiale, les fournisseurs de soins primaires, les fournisseurs de services après l’accouchement (visites à domicile, soins postnatals), les écoles, les conseils scolaires et les établissements postsecondaires.

Voici quelques exemples de possibilités d'intégrer les consultations, évaluations et orientations avant la grossesse dans le travail des bureaux de santé et des partenaires communautaires :

i) Interaction avec les clients aux cliniques de santé sexuelle

  • Les personnes qui se livrent à des activités sexuelles à risque élevé (qui n'utilisent aucun moyen de contraception ou un moyen inefficace ou de façon intermittente) sont exposées au risque d'une grossesse non planifiée ou d'une infection transmissible sexuellement (ITS). Les recherches montrent systématiquement que les grossesses planifiées ont normalement de meilleurs résultats pour les femmes et pour les nourrissons (82) alors que les ITS qui ne sont pas traitées constituent un facteur de risque associé à des problèmes pendant la grossesse. Les lignes directrices des CDC (82) sur la santé avant la grossesse recommandent que « les programmes financés par les deniers publics qui offrent des services de dépistage et connexes à l'égard des MTS et du VIH sida peuvent également fournir des services d’évaluation des risques et de promotion de la santé » avant la grossesse (recommandation 8, para. 2). Ils pourraient également offrir des services de consultation, d’évaluation et d'orientation à l'égard des suppléments d'acide folique le cas échéant. Un peu moins des deux tiers des femmes de l'Ontario (62,8 %) disent avoir pris des suppléments d'acide folique avant d'avoir découvert qu'elles étaient enceintes (2), ce qui signifie que la prévention des ATN est tout à fait insuffisante.
  • Une intégration plus étroite avec les cliniques de santé sexuelle peut avoir des effets réciproques, comme il a été démontré dans le Bureau de santé de la région du Niagara, où le même personnel infirmier de la santé publique intervient dans les écoles et dans les centres de santé sexuelle.
  • Le Bureau de santé publique de Toronto a une politique selon laquelle tous les membres du personnel doivent demander aux femmes enceintes si elles ont subi un test de dépistage du VIH et, dans la négative, leur recommander de s'adresser à leurs fournisseurs de soins primaires ou à une clinique de santé sexuelle pour se faire tester.

ii) Programmes de prévention des maladies chroniques

  • Les programmes de prévention des maladies chroniques, y compris les programmes de cessation du tabagisme et les interactions des clients avec des diététistes professionnels, représentent des occasions importantes à saisir. Dans leur méta-analyse sur les déterminants du faible poids à la naissance, Ohlsson et Shah (30) ont découvert que le tabagisme était l'un des facteurs de risque les plus faciles à combattre. Étant donné que la majorité des femmes qui fument continuent de fumer pendant la grossesse, il est recommandé de renoncer à la cigarette avant la grossesse (30).
  • De même, puisque les deux principaux déterminants du poids du bébé sont le poids de la mère avant la grossesse et son propre poids à la naissance, il est recommandé de mettre en place des stratégies pour améliorer l'alimentation, l'activité physique et le poids (y compris les questions de sécurité alimentaire) des femmes pendant leurs années de procréation (20). En particulier, on conseille de cibler les femmes pendant et après la grossesse, lorsque la gestion du poids est difficile (102).
  • Les femmes diabétiques ont un taux plus élevé de complications, par exemple la mortalité périnatale, l'hypertension, l'accouchement prématuré, la césarienne ou la morbidité néonatale. Les femmes atteintes de diabète gestationnel sont également exposées à un risque accru de souffrir de diabète de type 2 à un moment ultérieur. La prévalence de diabète gestationnel varie d'environ 3,7 % chez les non-Autochtones à environ 8 à 18 % chez les Autochtones. Le diabète gestationnel pose également des risques pour le nourrisson, par exemple l'hypoglycémie, hyperinsulinémie, le risque d'obésité à long terme et l'intolérance au glucose.

iii) Programmes de santé des enfants

  • Les programmes de santé des enfants, dont le programme « Bébés en santé, enfants en santé » et le Programme de soins dentaires pour enfants (PSDE) pour les jeunes familles, constituent des occasions d'intervention entre deux grossesses. Il faut accorder une attention particulière aux interventions auprès de femmes qui ont déjà connu des grossesses problématiques, un important prédicteur de risque futur pour la procréation (15, 82). D'après les CDC, « compte tenu de l'association directe entre la santé bucco-dentaire d'une femme et le risque de caries dentaires pour ses enfants, des soins dentaires peuvent réduire le risque d'accouchement prématuré et de faible poids à la naissance » (82).

iv) Interactions du personnel infirmier avec les élèves dans les écoles

  • Le Bureau de santé de la région du Niagara intègre des services d'évaluation, de consultation et d'orientation avant la grossesse aux interactions avec les élèves des écoles secondaires.

v) Autres

  • Accueil et services téléphoniques.
  • Saine alimentation Ontario offre des ressources et des conseils en alimentation et en nutrition offerts par des diététistes professionnels à (http://www.eatrightontario.ca/DoorwayFR.aspx) ou au 1 877 510-510-2.
  • Promotion des services de consultation, d'évaluation et d'orientation avant la grossesse dans le cadre de la prestation de soins avant la grossesse en général (y compris les visites de prévention, les interventions à l'égard des risques identifiés, les soins entre deux grossesses et les bilans de santé avant la grossesse) auprès des fournisseurs de soins primaires (82).

Les outils servant à évaluer le bien-être mental des futurs parents peuvent aider le personnel des bureaux de santé dans leur travail. Des exemples d'outils pouvant être utilisés auprès d'adultes ou d'adolescents sont ceux qu’emploie le Bureau de santé publique de Toronto, à savoir Mental Wellness Assessment for Adult/Adolescent et User Guidelines (103), qui sont intégrés dans ses programmes, tout comme Warwick-Edinburgh Mental Well-being Scale et User Guide-Version 1, ainsi que les études à l'appui (104).
Des occasions similaires de consultation, d'évaluation et d'orientation sont également utiles quand le personnel du bureau de santé interagit avec des femmes enceintes et leurs partenaires. D'autres exemples de stratégie prénatale concernant la consultation, l'évaluation et l'orientation qui sont intégrés aux volets individuels du soutien, des programmes et des services prénatals de groupe, ainsi que des interventions individuelles particulières, comprennent :

  • Le programme du Bureau de santé publique de Toronto Healthiest Babies Possible pour les femmes enceintes exposées à un risque nutritionnel est un programme très ciblé qui comprend des critères fondés sur l'outil Rationale for the Inclusion and Exclusion of Risk Factors in the J-Form Screening Tool (105).
  • Le programme HARP (Homeless At-Risk Prenatal) du TPH offre un soutien individuel intensif aux clients. Ces services individuels font partie du programme PCNP de groupe.
  • Plusieurs bureaux de santé effectuent du dépistage auprès de tous les clients de leurs cours prénatals. Ceux qui sont exposés à un risque sont invités à participer au programme « Bébés en santé, enfants en santé »,et ceux qui acceptent reçoivent une recommandation.
  • Les bureaux de santé de Kingston, Frontenac, Lennox et Addington ont un programme intitulé Breastfeeding Buddy qui offre un soutien téléphonique aux mères qui allaitent par d'autres mères. D'ailleurs, 70 % des interventions d'orientation à ce programme sont effectués avant l’accouchement. Une future mère est jumelée à une bénévole formée qui entre en contact avec elle avant l’accouchement.
  • Plusieurs bureaux de santé offrent des services individuels dans le cadre de volets de groupe du Programme canadien de nutrition prénatale (PCNP).
  • Toutes les personnes exposées à un risque (dont le résultat à l'outil de dépistage Larson est supérieur à 13) sont aiguillées avant l’accouchement vers le programme « Bébés en santé, enfants en santé ». Par exemple, les bureaux de santé effectuent du dépistage auprès de tous les clients de leurs cours prénatals. Ceux qui sont exposés à un risque sont invités à participer au programme « Bébés en santé, enfants en santé »,et ceux qui acceptent reçoivent une recommandation

Une évaluation des stratégies de consultation, d'évaluation et d'orientation devrait tenir compte des buts et objectifs principaux qui sont visés. Certains exemples de buts ou d'objectifs pourraient inclure la santé optimale de toutes les femmes enceintes exposées à des risques, avant la grossesse et avant l’accouchement, des services et du soutien coordonnés, efficaces et intégrés pour la santé avant la grossesse et la santé prénatale, un meilleur accès au soutien et aux services appropriés, une utilisation accrue des services fondés sur les besoins de femmes exposées à un risque de mauvais résultats en santé génésique ou une proportion accrue de femmes à risque qui ont de bons résultats en santé génésique.
Les activités d'évaluation pourraient inclure des tests de validation des outils utilisés pour évaluer ou dépister les femmes considérées comme étant à risque, l'évaluation des changements apportés aux résultats en santé génésique, la connaissance des problèmes de santé avant la grossesse ou de santé prénatale ou des changements des comportements à risque, la portée de l'intégration des services avant la grossesse ou de services prénatals, la disponibilité des services et leur utilisation par celles qui en ont besoin et une meilleure intégration des services.

L'évaluation doit également considérer qui utilise les activités de consultation, d'évaluation et d'orientation et qui ne les utilise pas, surtout par rapport aux groupes prioritaires identifiés. Les résultats de l'évaluation doivent produire des recommandations visant à améliorer la portée des services et à adapter les interventions afin d'améliorer l'efficacité, surtout pour les groupes prioritaires, car cela entraînera une amélioration des résultats pour la santé en général.

On trouvera des ressources pour soutenir la modification des interventions en santé publique afin de répondre aux besoins et capacités uniques des groupes prioritaires se trouvent à (http://www.health.gov.on.ca/transformation/providers/information/resources/profiles/profile_waterloo.pdf).

Le soutien, les programmes et les services prénatals dans le cadre de cette exigence comprennent des séances de groupe. Celles-ci donnent l'occasion de dispenser une formation et d'améliorer les capacités, l'estime de soi et la confiance en soi, de promouvoir les modes de vie sains, d'améliorer la dynamique familiale, de contribuer à la préparation au rôle parental et à l'allaitement maternel, d'améliorer la communication entre la femme et les fournisseurs de soins et de développer des soutiens sociaux pour les futurs parents.

Les stratégies axées sur des modes de vie sains éclipsent souvent celles qui visent à améliorer la dynamique familiale et à préparer les clients à leur rôle parental. La recherche révèle qu'il existe un besoin insatisfait à cet égard, car la majorité des futurs parents manquent de confiance en leurs capacités parentales (56 %), surtout après la naissance de l'enfant (82 %) (45).

Dans l’Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants(106) on peut lire : « parmi les facteurs de risque impliqués dans le développement des problèmes comportementaux et affectifs des enfants, la qualité des conduites parentales est le plus important des facteurs pouvant potentiellement être modifiés ».

Pour aider les futurs parents à partir du bon pied, les programmes Santé génésique et Santé des enfants devraient collaborer avec les partenaires communautaires afin d’appuyer la préparation au rôle parental. Des partenaires communautaires possibles sont le Programme canadien de nutrition prénatale(PCNP), les sociétés d'aide à l'enfance (SAE), les foyers pour personnes sans abri, les centres de santé communautaire, les hôpitaux, les fournisseurs de soins primaires, les centres de développement de la petite enfance de l'Ontario et les cuisines communautaires.

Votre évaluation de la situation doit comprendre un survol de tous les programmes, les services et le soutiens prénatals existants, y compris les aspects de leur contenu, le principe ayant guidé leur formation, les segments de la population de femmes enceintes et de leurs partenaires ou personnes de soutien qui y participent ou qui n'y participent pas, etc. Savoir qui n'y participe pas est essentiel, car il faut que l'évaluation de la situation identifie les groupes prioritaires en fonction des déterminants sociaux des données sur la santé énoncés à (http://www.health.gov.on.ca/transformation/providers/information/resources/profiles/profile_waterloo.pdf).

Dans les deux volets de cette exigence (consultation, évaluation et orientation et sessions de groupe), les bureaux de santé doivent collaborer avec les partenaires communautaires pour mettre au point les politiques et processus suivis pour les aiguillages d'organismes externes vers leurs programmes et services, du bureau de santé vers des organismes externes et entre différents programmes du bureau de santé. Cela peut comprendre les conventions de services, les politiques opérationnelles, les politiques et les protocoles de programmation pour le partage de l'information. On utilise les données recueillies lors des évaluations situationnelles et d'autres critères qui permettront d'identifier les programmes, soutiens et services vers lesquels les clients seront orientés.

Le bureau de santé doit également envisager les critères d'admissibilité aux programmes, aux services et aux soutiens, et avoir une politique est un processus pour assurer l'accès, l'équité et la diversité. Du matériel et des processus de communication sont également nécessaires pour faire la promotion des programmes, des services et des soutiens du bureau de santé auprès du principal public cible (comme les futurs parents) et des groupes prioritaires au sein de ce public (comme les adolescentes enceintes à faible revenu) ainsi qu’auprès des partenaires communautaires et d'autres intervenants qui peuvent les inciter à utiliser les services et les programmes. Des processus seront également nécessaires pour tenir à jour les informations sur les programmes, les services et les soutiens qui sont disponibles par l'entremise de partenaires communautaires (voir l'exigence 5).

Les séances de groupe prénatales comprennent notamment la formation parentale. La plupart de ces sessions incluent l'information sur la préparation au rôle parental. D'autres stratégies seraient, par exemple, les foires sur la santé prénatale.

Bien que « les avantages de la participation à un programme de formation prénatale sont difficiles à étayer de façon systématique », les directives Les soins à la mère et au nouveau-né dans une perspective familiale : lignes directrices nationales continuent de soutenir la formation prénatale pour toutes les femmes enceintes et leurs familles dans différents contextes (66). Les lignes directrices (http://www.phac-aspc.gc.ca/dca-dea/prenatal/fcmc1-fra.php) recommandent également que la formation prénatale s’inspire des préceptes directeurs de l’enseignement aux adultes et adopte une perspective axée sur l’apprenant (66).

L'Initiative des amis des bébésMC comprend des recommandations concernant les programmes de formation prénatale fondées sur les meilleures pratiques afin de faire la promotion de l'allaitement maternel (5). Le manuel du Centre de ressources Meilleur départ, Prenatal Education in Ontario – Better Practices (107), contient une méta-analyse et un aperçu des types de formation prénatale offerts en Ontario, une liste de sujets pouvant être traités, différentes pratiques efficaces et une liste de ressources. Le document Abuse in Pregnancy : Information and Strategies for the Prenatal Educator, également offert par le centre, peut également s'avérer utile (108).

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a publié le manuel Grossesse en santé … Bébé en santé - Une nouvelle vie (109) et adapté le contenu pour en faire un programme prénatal en ligne, Une nouvelle vie ((http://www.unenouvellevie.cipanb.ca/fr.php). Compte tenu du nombre d’excellentes ressources pour un programme de formation prénatale, les bureaux de santé qui veulent réviser leurs programmes devraient envisager d'utiliser du matériel existant avant d'en créer du nouveau. Les cours prénatals en ligne représentent une activité de formation pouvant couvrir les mêmes sujets que les cours en classe, mais ils ne remplissent pas les critères des séances de groupe.

La plupart des bureaux de santé offrent des cours prénatals en classe pour des publics variés (toutes les femmes enceintes, les adolescentes enceintes, les femmes en début de grossesse, etc.), à des moments et à des endroits différents (certains bureaux de santé offrent des cours des centres de développement de la petite enfance de l'Ontario dès le début de la grossesse afin que les familles connaissent les centres et les utilisent après la naissance du bébé) et en couvrant des contenus différents.

Voici quelques autres exemples de cours prénatals de groupe : 

  • Le Bureau de santé de la région du Niagara distribue la trousse Walk this Way aux participants aux cours prénatals. De même, le Bureau de santé du district de Thunder Bay a mis en œuvre et évalué un projet pilote de podomètre prénatal.
  • La plupart des bureaux de santé offrent des cours prénatals sur l’allaitement maternel afin d'améliorer les connaissances et les techniques à cet égard.
  • Un grand nombre de bureaux de santé offrent le soutien d'une infirmière en santé publique pour les séances hebdomadaires du PCNP.
  • Les initiatives Pregnancy Circle de Santé publique Ottawa sont spécialement conçues pour les femmes enceintes vulnérables et leurs partenaires afin d'accroître leurs connaissances et leurs compétences sur la grossesse, l’accouchement et les premiers rapports parent-enfant. Les séances de groupe sont dirigées par les participants avec l'aide d'une infirmière en santé publique. À l'heure actuelle, il existe trois groupes et trois autres seront mis sur pied pendant l'été et le début de l'automne : les centres de santé communautaire, les centres de santé autochtones, les programmes PCNP, le centre de ressources en santé et en communauté et les écoles secondaires alternatives (ces programmes sont offerts à la demande de l'école).
  • Santé publique Ottawa, en partenariat avec les services diététiques des hôpitaux universitaires, travaille à la mise au point du programme Plus Size Moms afin de fournir une éducation prénatale aux femmes enceintes dont l'indice de masse corporelle avant la grossesse était de 30+. Le programme englobera des activités ciblées concernant une saine alimentation et l'activité physique ainsi que la communication régulière de l'information prévue dans les autres séances prénatales organisées par le Santé publique Ottawa.

 
Lorsqu'on évalue les séances de groupe prénatales, les indicateurs doivent dépasser le cadre du processus (nombre et durée des séances de groupe offertes, nombre de participants, atteinte du public cible, nombre d'orientations par des partenaires communautaires, listes d'attente et autres données sur l'accessibilité) et de la satisfaction des clients.

En fait, les indicateurs de résultats devraient inclure ceux qui visent les changements de comportement, les connaissances et les pratiques (y compris la préparation au rôle parental ainsi que les avantages et les techniques de l'allaitement maternel), la connaissance des ressources pouvant aider à adopter des pratiques favorables à la santé (y compris la préparation au rôle parental et à l'allaitement maternel) et le suivi de cette connaissance au besoin, l'évolution de l'estime de soi et de la confiance en soi, l’affermissement des relations familiales, l'amélioration des communications entre la femme et ses fournisseurs de soins et le développement de soutiens sociaux.

L'évaluation doit également englober l'accessibilité et les avantages du programme pour les groupes prioritaires identifiés. Il faudra donc examiner les données sur lesquelles se fonde le choix des groupes prioritaires (à partir de l'évaluation de la situation) et évaluer si le programme a réussi à enseigner à ces groupes et s'il a été efficace pour améliorer les résultats visés.

Partenaires communautaires possibles dans le cadre du programme Santé génésique :
Programme canadien de nutrition prénatale (PCNP), services sociaux (sociétés d'aide à l'enfance [SAE]), services de santé (centres de santé communautaire [CSC], Équipes Santé familiale ou fournisseurs de soins primaires) et services d'éducation (écoles et conseils scolaires).

Liens possibles entre le programme Santé génésique et les autres programmes de santé publique :
Santé des enfants (dont le programme de santé bucco-dentaire et le programme « Bébés en santé, enfants en santé »), prévention des maladies chroniques (cessation du tabagisme, nutrition) et santé sexuelle.

Exigence n°5

Le conseil de santé doit fournir des conseils et des renseignements pour faire le lien entre les gens et les programmes et services communautaires portant sur ce qui suit :

  • la santé avant la grossesse;
  • les grossesses en santé;
  • la préparation au rôle parental.

À l'instar de ce qui est prévu dans l'exigence n° 4, l'évaluation de la situation doit inclure un examen de tous les programmes et services communautaires existants qui concernent la période avant la grossesse, la santé prénatale et la préparation au rôle parental (y compris l'allaitement maternel). Cela comprend les types d'activités et d'enjeux couverts, les principes sur lesquels ils reposent, les groupes ciblés (comme les personnes en âge de procréer, les personnes qui planifient une grossesse, les femmes enceintes et leurs partenaires ou personnes de soutien) et les groupes prioritaires au sein de ces groupes qui sont admissibles ou qui reçoivent les services, ainsi que les données sur l'accessibilité (temps d'attente, obstacles relatifs à la langue ou à la littératie, obstacles physiques à l'accessibilité, dispositions de garde d'enfants, accessibilité par transport en commun, horaires de fonctionnement).
En tenant compte des obstacles spécifiques et d'autres enjeux liés à l'accessibilité, les interventions pourront mieux agir sur les résultats des groupes prioritaires et de la population dans son ensemble.

Les bureaux de santé doivent collaborer avec les partenaires communautaires pour élaborer des processus et politiques visant à tenir à jour l’inventaire ou le répertoire des programmes et services disponibles dans la collectivité. Si la collectivité dispose d'un système d'information tel que le 211 à Toronto, un inventaire peut être effectué rapidement en fonction de la recherche. Les listes de membres de réseaux communautaires élargis peuvent également servir d'un genre d'inventaire (comme le réseau Prenatal Network of Niagara créé par le Bureau de santé de la région de Niagara (http://www.niagararegion.ca/living/health_wellness/pregnancy/pnon-background.aspx).

Un processus ou une politique peut également être nécessaire pour aider les bureaux de santé à offrir aux clients des conseils et des renseignements afin qu’ils puissent entrer en contact avec les programmes et les services communautaires et pour que les services communautaires puissent faire le lien entre leurs clients et le bureau de santé qui les a recommandés. Étant donné que cette exigence n'est pas aussi explicite que le processus d'orientation prévu à l'exigence n° 4, des politiques opérationnelles sont probablement suffisantes. On utilise les données réunies pendant l'évaluation de la situation et tout autre critère utilisé pour identifier les programmes et les services vers lesquels les clients seront orientés. Encore une fois, il faut tenir compte de l'accessibilité et de la pertinence des programmes et des services. En cernant les groupes prioritaires qui ne sont pas servis, les bureaux de santé pourront recommander les services qui répondent le mieux à leurs besoins. Le matériel et les processus de communication décrits à l'exigence n° 4 seront nécessaires pour promouvoir les programmes, le soutien et les services offerts par les bureaux de santé auprès des partenaires communautaires afin que ces derniers orientent leurs clients vers le bureau de santé.

Voici quelques exemples de la façon dont le personnel des services de santé publique peut offrir des conseils et des renseignements afin de mettre les gens en contact avec les programmes et les services communautaires :

  • Lignes d'admission en santé familiale
  • Lignes d'aide téléphoniques
  • Liens dans les sites Web et autres technologies en ligne
  • Informations écrites (brochures, affiches)
  • Programmes et services prénatals
  • Saine alimentation Ontario
  • Programmes d'abandon du tabac
  • Cliniques de santé sexuelle
  • Informations envoyées par la poste (par exemple aux clients du dépistage Larson)
  • Programme « Bébés en santé, enfants en santé » : dépistage ou prestation de services

Partenaires communautaires possibles dans le cadre du programme Santé génésique :
Programme canadien de nutrition prénatale (PCNP), services sociaux (sociétés d'aide à l'enfance [SAE]), services de santé (centres de santé communautaire [CSC], Équipes Santé familiale ou fournisseurs de soins primaires) et services d'éducation (écoles et conseils scolaires).

Liens possibles entre le programme Santé génésique et les services de santé publique :
Santé des enfants (dont le programme de santé bucco-dentaire et le programme « Bébés en santé, enfants en santé »), prévention des maladies chroniques (cessation du tabagisme, nutrition) et santé sexuelle.

Exigence n°6

Le conseil de santé doit fournir, en collaboration avec les partenaires communautaires, des services d’éducation et de sensibilisation aux groupes prioritaires afin qu’ils aient accès à des renseignements, des programmes et des services.

Dans le cadre de l’approche universelle et représentative de la population du programme Santé génésique visant à améliorer la santé génésique, la prestation de services aux groupes prioritaires et des programmes ciblés sont primordiales pour aider les personnes vivant dans des conditions à risque. Les activités destinées à définir les groupes prioritaires, à modifier les interventions de santé publique selon les besoins et les capacités uniques de ces groupes et à collaborer avec la collectivité pour examiner et/ou prôner les politiques tenant compte des déterminants socio-économiques de la santé doivent être intégrées à toutes les exigences relatives au programme Santé génésique et pas seulement l’exigence n° 6.

Pour cette exigence ainsi que pour les autres, les données recueillies dans le cadre de l’évaluation de la situation et l’exigence n° 1 faciliteront la définition des groupes prioritaires dans la région. Il faudra établir un processus et/ou des critères pour aider les bureaux de santé (et leurs partenaires communautaires) à prendre des décisions sur la façon de définir ou de choisir les groupes prioritaires à servir à l’échelon local. Des ressources sont disponibles par l'intermédiaire du Bureau de santé de la région de Waterloo (75, 78-80).

Les groupes prioritaires peuvent être déterminés dans le groupe ciblé. Conformément à la définition de « groupes prioritaires » des Normes de santé publique de l’Ontario (NSPO), ce document d’orientation définit les groupes prioritaires comme les « groupes à risque [de souffrir de mauvaise santé génésique] pour lesquels il est raisonnable de croire que des interventions en santé publique [avant la grossesse et avant l’accouchement] auraient des effets importants à l'échelle de la population » (1).

Dans le groupe cible, on observera aussi des groupes de personnes ayant différents besoins en matière de communication, de programmes ou d’accessibilité (par exemple, mariages entre personnes de même sexe, Franco-Ontariens ou francophones, personnes vivant dans des collectivités rurales éloignées), mais n’étant pas nécessairement à risque en ce qui a trait au développement et à la santé génésique. Des groupes peuvent aussi être à risque de présenter de mauvais résultats en santé génésique, sans pour autant avoir accès à des interventions efficaces du secteur de la santé publique (par exemple les femmes enceintes de 35 ans ou plus).

Le Tableau 3 ci-dessous donne des exemples de groupes prioritaires visés par le programme Santé génésique à l’échelle de l’Ontario et des ressources qui appuient les interventions auprès des groupes prioritaires identifiés.

Tableau 3: Exemples de groupes prioritaires visés par le programme Santé génésique

Groupe prioritaire (comprend les femmes en âge de procréer et les femmes enceintes sauf avis contraire)

Ressources de planification utiles disponibles auprès du Centre de ressources Meilleur départ

Femmes en situation socioéconomique défavorable

The Impact of Poverty on Pregnant Women: A Guide for Program Managers (2003); Socioeconomic Status & Pregnancy Fact Sheets (2002)

Femmes sans abri (y compris celles qui font appel aux cuisines communautaires ou aux banques alimentaires)

Femmes ayant des comportements à risque (tabagisme, mésusage de substances, poids malsain, risque nutritionnel)

Femmes souffrant de maladies chroniques de troubles de santé mentale

Femmes socialement isolées (nouvelles venues en Ontario, non anglophones)

Giving Birth in a New Land – Strategies for Service Providers Working with Newcomers (2009);
How to Reach Francophones – Maternal and Early Years Programs (2008)

Femmes victimes de violence par leurs partenaires intimes

Abuse in Pregnancy: Information and Strategies for the Prenatal Educator (2002)

Femmes ayant déjà eu des problèmes de santé génésique

Preterm Births: Making a Difference (2002) (Nota : les stratégies ne visent pas seulement les femmes qui ont déjà connu un accouchement prématuré)

Adolescentes enceintes (et leurs partenaires)

Teen Pregnancy Prevention: Exploring Out-of-school Approaches (2008), Subsequent Teen Pregnancies: Exploring the Issues, Impact and Effectiveness of Prevention Strategies (2009) et Update Report on Teen Pregnancy Prevention (2007)

Femmes qui ont des comportements sexuels à risque élevé

Femmes ayant des problèmes cognitifs

Souvent, de multiples facteurs de risque peuvent être présents dans les mêmes groupes prioritaires (par exemple, les adolescentes enceintes à faible revenu qui fument et ont un faible poids avant leur grossesse). Parmi les ressources du Centre de ressources Meilleur départ présentant des études, des perspectives et des stratégies efficaces en matière de planification des interventions et/ou d’extension des services aux groupes prioritaires susmentionnés, on trouve les guides Populations at Higher Risk: When Mainstream Approaches Don’t Work (110), Réduire l'impact : Travailler auprès de femmes enceintes qui connaissent une situation de vie difficile (111) et Self-Help/Peer Support Strategies in Maternal, Newborn and Child Health : Exemples from the Provincial Landscape (112).

Les groupes de discussion de participants ou d’autres stratégies faisant intervenir le groupe prioritaire visé seront essentiels à l’évaluation de la situation dans le cadre de la planification des services et des stratégies d’approche du bureau de santé.. Un exemple d'un tel travail est donné dans Project Report: Support for At-Risk Homeless Pregnant and Parenting Women Project Focus Groups and Survey Results (113) du Bureau de santé publique de Toronto.

L’apport des femmes qu'on veut rejoindre permettra de définir plus facilement l’information et les ressources pratiques requises et aidera les fournisseurs de services à comprendre le contexte de leur vie et de leurs attitudes ainsi qu’à adopter des approches qui les aideront à autonomiser et à soutenir ces femmes afin qu’elles puissent mieux composer avec leur situation et atteindre de meilleurs résultats pour elles et leurs futurs enfants en matière de santé. La participation des groupes prioritaires au-delà de l’étape de la planification est également déterminante, notamment dans les domaines de la prestation et de l’évaluation. L’engagement des clients constitue une forme d’autonomisation pouvant aider les personnes à s’aider elles mêmes, augmenter l’estime personnelle et le soutien social ainsi que rendre les autres participants plus à l’aise.  

L’approche des groupes prioritaires est par ailleurs essentielle, car les femmes à risque font face à de nombreux obstacles personnels et structurels pour ce qui est de l’accès à des ressources ou services communautaire, notamment des soins prénatals. Par conséquent, les stratégies devraient envisager des moyens de surmonter ces problèmes d’accessibilité (par exemple, transport, capacité financière, langue, milieu accueillant et attitudes non critiques, soins aux enfants, stress/épuisement, connaissance des ressources offertes). Les stratégies d’approche et de promotion devraient également être axées sur la façon la plus efficace de servir le groupe prioritaire défini ainsi que sur le meilleur lieu pour le faire.

Les bureaux de santé (ou partenaires communautaires) offrant des services directs aux groupes prioritaires devraient établir des politiques et des processus pour définir les critères d’admissibilité. Un exemple d'un tel processus serait le programme Healthiest Babies Possible du Bureau de santé publique de Toronto (114, 115). Le personnel du programme a défini son groupe prioritaire, puis a élaboré un processus de meilleures pratiques fondées sur des données probantes pour effectuer le dépistage et l'évaluation de l'admissibilité dans ce groupe. Des stratégies de soutien devraient aussi être mises en place pour les clients des groupes prioritaires en attente de services (comme le système de listes d'attente prioritaire du programme Healthiest Babies Possible) (114). Les questions de durabilité devraient être abordées aux premières étapes de la planification, de telle sorte que les groupes prioritaires qui réussissent à surmonter les nombreux obstacles liés à la recherche et à l’acceptation de ressources ne soient pas laissés à eux-mêmes.

Quoique nécessaires, les stratégies d’approche et les services directs ne suffisent pas à améliorer les résultats liés à la santé génésique dans les groupes prioritaires. Les activités doivent être liées aux stratégies de sensibilisation, d’action communautaire et de changement social de haut niveau définies dans l’exigence n° 2b. Le secteur de la santé publique et les partenaires communautaires ne doivent pas seulement s’atteler au fardeau des inégalités en matière de santé, mais aussi participer à des initiatives sociétales de vaste portée pour remédier aux conditions qui contribuent à cette situation.

Le personnel aura besoin d’information à jour et adéquate pour conseiller les groupes prioritaires et les diriger vers les bonnes ressources communautaires et les bons services pratiques. Des exemples de politiques appuyant ces activités sont présentés dans les exigences nos 4 et 5. Les recommandations ou liaisons peuvent prendre la forme d’interactions directes (par exemple, lignes d’assistance téléphonique, lignes d’approche sur la santé familiale, programmes individuels ou de groupe, recommandation d’autres fournisseurs de services et d’établissements tels que des cliniques de santé familiale et de santé sexuelle, des refuges, des centres de santé communautaire) ou d’interactions indirectes (affiches, dépliants et inscriptions sur des sites Web).

Outre le programme Healthiest Babies Possible du Bureau de santé publique de Toronto, un autre exemple de travail individuel auprès de groupes prioritaires est le programme Homeless At-Risk Prenatal (HARP), de ce même bureau de santé. Il s’agit d’ un programme unique qui offre un soutien individuel intensif aux adolescentes et aux femmes enceintes sans abri. Bien qu’il fasse partie du programme « Bébés en santé, enfants en santé », il est plus intensif, étant doté de six membres du personnel infirmier et de deux diététistes. Il a été mis sur pied à l'aide du financement consacré au développement de la petite enfance à la suite de l'enquête de Jordan Heikamp.

Les bureaux de santé peuvent également offrir des programmes collectifs à des groupes prioritaires, comme le font les nombreux bureaux de santé qui travaillent en partenariat avec le PCNP. Le programme Teen Prenatal Supper Club est un exemple, parmi d’autres, de partenariat entre la coalition pour la santé Meilleur départ de Peel et le Bureau de santé publique de Peel. Financé par ce dernier et par le PCNP, le programme s'adresse aux adolescentes qui n'auraient normalement pas accès aux cours prénatals traditionnels.

Les adolescentes reçoivent un soutien nutritionnel, des conseils, de l'information sur la santé et une orientation vers d'autres services dans un cadre confortable où un repas est préparé et servi. En participant au programme, les adolescentes reçoivent une formation prénatale et une formation post-partum anticipée sur la grossesse en santé et la nutrition, l'accouchement et l'allaitement maternel. Pour encourager leur participation au programme, les adolescentes reçoivent des billets d'autobus, des vitamines pour femmes enceintes et des bons alimentaires. Les initiatives Pregnancy Circle de Santé publique Ottawa constituent un autre exemple de séances spécialement conçues pour les femmes enceintes vulnérables et leurs partenaires afin d'accroître leurs connaissances et leurs compétences sur la grossesse, l’accouchement et les premiers rapports parent-enfant. Les séances de groupe sont dirigées par les participants avec l'aide d'une infirmière en santé publique. À l'heure actuelle, il existe trois groupes et trois autres sont projetés : les centres de santé communautaire, les centres de santé autochtones, les programmes PCNP, le centre de ressources en santé et en communauté et les écoles secondaires alternatives (ces programmes ne sont offerts en continu, mais plutôt à la demande de l'école)

L’évaluation des initiatives destinées aux groupes prioritaires comporte de nombreux obstacles. Par exemple, les bureaux de santé devront souvent travailler avec un petit nombre de participants, tandis que les coûts liés à la dotation individualisée, au transport, aux bons alimentaires, aux soins aux enfants et aux suppléments vitaminiques peuvent être élevés.

Des problèmes comme la sous-déclaration et la confidentialité des renseignements des clients peuvent se poser lorsqu’on évalue les questions délicates (par exemple, la consommation d’alcool ou de drogues ou la violence. Les évaluations devraient tenir compte des indicateurs allant au-delà des changements dans les résultats et les comportements, comme le renforcement du soutien social, l’estime personnelle, la collaboration communautaire et la rétroaction qualitative des participants. Les évaluations des processus (qui comprennent la rétroaction des participants) s’avéreront également importantes pour préciser et éclairer le travail des autres intervenants auprès d’un groupe prioritaire similaire.

Partenaires communautaires possibles dans le cadre du programme Santé génésique :
Programme canadien de nutrition prénatale (PCNP), services sociaux (sociétés d'aide à l'enfance [SAE], programme Ontario au travail), services de santé (centres de santé communautaire [CSC], Équipes Santé familiale et fournisseurs de soins primaires).

Liens possibles entre le programme Santé génésique et les autres programmes de santé publique :
Santé des enfants (programme « Bébés en santé, enfants en santé ») et Santé sexuelle.

c) Prévention des maladies

Exigence n° 7

Le conseil de santé doit assurer la prestation de tous les volets du programme « Bébés en santé, enfants en santé », conformément au Protocole Bébés en santé, enfants en santé, 2008 (ou à la version en vigueur) (ministère des Services à l’enfance et à la jeunesse). « Même si le programme « Bébés en santé, enfants en santé » comporte des volets portant sur la promotion de la santé et l’élaboration de politiques, on l’a inclus dans la section sur la prévention des maladies étant donné qu’il met l’accent sur les services de dépistage, d’évaluation, d’orientation et de soutien. » (NSPO, note de bas de page no 16).

Voir le Protocole Bébés en santé, enfants en santé
(http://www.health.gov.on.ca/french/providersf/programf/pubhealthf/oph_standardsf/ophsf/progstdsf/protocolsf/hbhcf.pdf)

 


Section 4. Intégration aux autres exigences dans le cadre des NSPO et à d’autres stratégies et programmes

Les trois volets clés du programme Santé génésique (la santé avant la grossesse, la santé prénatale et la préparation au rôle parental), de même que tous les facteurs liés à ceux-ci, doivent être intégrés aux autres exigences dans le cadre des NSPO et à d’autres stratégies et programmes. Certains domaines d’intégration sont évidents et accroîtront l’efficacité et l’efficience de la planification et de la mise en œuvre des programmes. Par exemple, les programmes Santé génésique et Prévention des maladies chroniques devraient collaborer aux stratégies de promotion de la santé et de prévention des maladies auprès des personnes en âge de procréer et des femmes enceintes atteintes de maladies chroniques ou présentant des facteurs de risque connexes (mauvaise alimentation, obésité, tabagisme, inactivité physique et alcoolisme).

Les programmes Santé génésique et Santé sexuelle et infections transmissibles sexuellement ou par le sang devraient également intégrer des stratégies visant à réduire les comportements sexuels à risque élevé, de promouvoir les grossesses planifiées et d'améliorer la santé avant la grossesse des populations ciblées. De même, les responsables des programmes Santé génésique et Santé des enfants devraient se concerter pour promouvoir l’allaitement maternel, un rôle parental positif et une dynamique familiale saine comme moyens d’améliorer les résultats liés à la santé des enfants.

Dans d'autres domaines, les possibilités d'intégration sont moins évidentes (par exemple en hygiène du milieu). L’annexe B présente les liens entre chaque exigence relative à la santé génésique et les autres exigences des NSPO..

Il peut en outre être utile pour les bureaux de santé de déterminer le niveau d’intégration requis pour une planification, des programmes et une évaluation les plus efficaces et efficients. Le continuum d’intensité des liens (116) fournit des définitions communes et attribue un chiffre (de 1 à 6) correspondant au niveau d’intégration.

Nous avons utilisé ce continuum pour remplir les tableaux suivants en guise d’exercice type d’intégration : le tableau 4 (Niveau d’intégration type entre les programmes Santé génésique et Santé des enfants et d’autres programmes visés par les NSPO) et le tableau 5 (Niveau d’intégration type entre les volets des programmes de santé familiale et de promotion de la santé en milieu scolaire). Ces outils peuvent aider les bureaux de santé à entreprendre un dialogue avec les chefs et le personnel des autres programmes pour voir si tous s’entendent sur le niveau d’intégration requis pour planifier et mettre en œuvre leurs exigences et pouvoir ensuite déterminer quelles mesures doivent être prises à l’interne pour maximiser les chances de réussite.

Le continuum d’intensité des liens

  1. Communication : Discussions claires, cohérentes et non critiques; fournir ou échanger de l’information afin de maintenir des liens significatifs. Les causes ou programmes individuels sont complètement séparés.
  1. Coopération : Entraide dans le cadre des activités en offrant un soutien général et de l’information et/ou en signifiant son acceptation des autres programmes, services ou objectifs.
  1. Coordination : Les activités et les communications conjointes sont plus intenses et leur portée est plus vaste. Les organismes ou les personnes planifient ensemble et synchronisent les calendriers, les activités, les buts, les objectifs et les événements.
  1. Collaboration : Les organismes, les personnes ou les groupes renoncent volontairement à une partie de leur autonomie pour favoriser des gains ou des résultats communs. Une véritable collaboration comporte des changements concrets dans le comportement des agences, des personnes ou des groupes afin d’appuyer les buts ou les idéaux collectifs.
  1. Convergence : Les liens évoluent de la collaboration à la restructuration des services, des programmes, des adhésions, des budgets, des missions, des objectifs et du personnel.
  • Regroupement: Le comportement individuel des organismes, des personnes et des groupes, ainsi que les activités, les politiques, les budgets, le personnel et les pouvoirs sont homogènes et harmonisés. On renonce à une autonomie et à des gains individuels pour adopter une identité commune et viser des résultats collectifs (116).
Tableau 4: Niveau d’intégration type entre les programmes Santé génésique et Santé des enfants et d’autres programmes visés par les NSPO

Norme

Santé familiale

Santé génésique

Santé des enfants

Maladies chroniques et blessures

Prévention des maladies chroniques

4 - minimum et 5 - meilleures pratiques

4 - minimum et 5 - meilleures pratiques

Prévention des blessures et du mésusage de substances

4 - minimum et 5 - meilleures pratiques

4 - minimum et 5 - meilleures pratiques

Maladies infectieuses

Santé sexuelle, infections transmissibles sexuellement et infections transmissibles par le sang

4

4

Prévention et contrôle des maladies infectieuses

2

2

Prévention et contrôle de la tuberculose

1

2

Prévention et contrôle de la rage

1

1

Maladies évitables par la vaccination

2

3

Hygiène du milieu

Salubrité des aliments

2

2

Salubrité de l’eau

3

3

Prévention et gestion des risques sanitaires

4

4

Préparation aux situations d’urgence

Préparation aux situations d'urgence en santé publique

1

1


Tableau 5: Niveau d’intégration type entre les volets des programmes de santé familiale et de promotion de la santé en milieu scolaire

Santé familiale

Santé génésique

Santé des enfants

Protocoles liés à la santé bucco dentaire

Programme « Bébés en santé, enfants en santé »

Santé globale dans les écoles

Santé génésique

x

4*

1

4

2

Santé des enfants

4

X

2

4

2–3*

Protocoles liés à la santé bucco dentaire

1

2

X

2

1

Programme « Bébés en santé, enfants en santé »

4

4

2

X

2

Santé globale dans les écoles

2

2-3*

1

2

X

* Représente un niveau d’intégration minimum; des niveaux plus élevés peuvent être présents à l’échelon des bureaux de santé locaux.

Le besoin d’intégration s’étend au-delà des NSPO; il inclut les partenaires de différents secteurs à différents échelons (provincial, municipal/conseils de santé, organismes communautaires et autres). Pour bien fonctionner, les partenaires doivent faire preuve d’engagement et les rôles et responsabilités doivent être clairement définis, notamment en ce qui a trait à la désignation des chefs. De plus, les priorités conjointes devraient être déterminées d’un commun accord.

Une intégration similaire entre les partenaires provinciaux (par exemple, les programmes de santé familiale du ministère de la Promotion de la santé, le ministère des Services à l’enfance et à la jeunesse, notamment le programme « Bébés en santé, enfants en santé », le ministère de la Santé et des Soins de longue durée et le ministère de l’Éducation) aide à soutenir les objectifs, les orientations stratégiques et les résultats communs en matière de santé génésique. De même, il importe d’améliorer l’intégration entre les ministères et les programmes fédéraux, les ministères et les programmes provinciaux et les programmes des bureaux de santé locaux afin d’accroître l’efficacité et l’efficience des résultats liés à la santé génésique.

b) Ressources de planification, d’exécution et d’évaluation (dont l’AOPPS, les Centres de ressources et le Programme REDSP

Des outils de planification et d’évaluation des activités peuvent aider les bureaux de santé locaux à élaborer des cadres d’activité. Les ressources et les outils sont offerts par les organismes suivants entre autres :

  • Les ressources du projet Towards Evidence Informed Practice (TEIP) de l’Association pour la santé publique de l’Ontario (ASPO) (outils d’évaluation et données probantes) (http://www.opha.on.ca/programs/) (118);
  • Les ressources du Programme de recherche, d’éducation et de développement en santé publique (REDSP) (119), par exemple la trousse d’outils d’évaluation (voir (http://www.phred-redsp.on.ca/);
  • Les ressources de The Health Communication Unit (THCU) (http://www.thcu.ca/) (77);
  • Les ressources du Centre de ressources Meilleur départ en matière de santé génésique, à l’adresse (http://www.meilleurdepart.org/index_fr.html).

L’Evaluation Methods Sourcebook II (120) de la Société canadienne d'évaluation (http://www.evaluationcanada.ca/site.cgi?s=6&ss=5&_lang=en), et les outils de planification et d’évaluation Results-Based AccountabilityMC (RBA) (161) (http://www.resultsaccountability.com) sont également utiles.

Des examens systématiques, des analyses documentaires, des rapports publiés et le site donneesprobantes-sante.ca sont autant de ressources pouvant faciliter l’application des exigences en fonction des données probantes disponibles. À titre d'exemple, le rapport du Institute of Health Economics (IHE), Determinants and Prevention of Low Birth Weight: A Synopsis of the Evidence (30), contient des preuves, des résultats et conclusions utiles pour aider à planifier les programmes. Des exemples de la littérature sur la santé avant la grossesse sont notamment l'article de Hood, Parker et Atrash (122), Recommendations to Improve Preconception Health and Health Care: Strategies for Implementation et celui de Thompson, Peck et Brandert (123), Integrating Preconception Health into Public Health Practice: A Tale of Three Cities.

Les meilleures pratiques, les experts en contenu lié à la santé génésique et des collègues bien informés peuvent aussi faciliter le processus de rassemblement de l’information, et sont mentionnés dans ce document. Les centres de ressources (par exemple, le Centre de ressources Meilleur départ) et des liens vers les services de Motherisk, s’avèrent aussi des ressources inestimables en matière de santé génésique. Le gouvernement fédéral (par exemple, l’Agence de la santé publique du Canada [ASPC], le Comité canadien pour l’allaitement), les organismes non gouvernementaux (par exemple,Fetal Alcohol Spectrum Disorder [TSAF] Stakeholders of Ontario, Folic Acid Alliance Ontario) et les ordres professionnels (la Société des obstétriciens gynécologues du Canada [SOGC], la Société canadienne de pédiatrie [SCP] Infirmières et infirmiers en santé communautaire du Canada) constituent également des ressources précieuses pour les programmes publics de santé génésique. 
La mise en œuvre des lignes directrices fondées sur les meilleures pratiques établies par l’Association des infirmières et infirmiers autorisés de l’Ontario (RNAO) (http://www.rnao.org) appuie les pratiques de soins infirmiers liées à la santé génésique. Parmi les lignes directrices permettant de faciliter l’application des exigences relatives au programme Santé génésique, mentionnons Breastfeeding Best Practice Guidelines for Nurses (6) et La cessation du tabagisme : intégration dans la pratique quotidienne des soins infirmiers (81)

Les bureaux de santé publique ont également présenté les suggestions suivantes de ressources qui les ont aidés à intégrer les meilleures pratiques dans la planification des programmes : What Works for Whom? Promising Practices in Parenting Education (126) et Promising Practices in Preconception Care for Women at Risk for Poor Health and Pregnancy Outcomes (127).

De nombreux bureaux de santé ont mis au point des ressources de santé génésique à part celles qui sont citées dans ce document. Les documents élaborés pour les pères et les membres de la famille élargie sur des sujets tels que le rôle parental ou l'allaitement maternel sont d'autres exemples d'efforts locaux déployés pour soutenir la mise en œuvre des exigences des NSPO en matière de santé génésique.

L’accès à des données et à des sources d'information fiables (par exemple, l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, la Base de données périnatales Niday, le Système ontarien de surveillance en matière de soins périnatals [SOSSP ], les indicateurs de base, le Système rapide de surveillance des facteurs de risque [SSRFR] et le Système d'information sur les services intégrés pour enfants [SISIE]) est aussi essentiel à la planification des activités du programme Santé génésique. L’Association pour la santé et l'éducation physique de l'Ontario (ASEPO) et l’Agence ontarienne de protection et de promotion de la santé (AOPPS) se révèlent quant à elles des ressources inestimables pour le soutien provincial de l’indicateur des programmes des bureaux de santé et des activités de collecte de données.

Des outils spécialisés sur la santé prénatale ont été mis sur pied et continu de l'être afin d'évaluer des facteurs de risque précis. En voici quelques exemples :

  • Bébés en santé, enfants en santé - outil de dépistage Larson;
  • Outil « Antenatal Psychosocial Health Assessment » (ALPHA) (89) ((http://dfcm.utoronto.ca/research/alpha) et guide à l’intention des fournisseurs de soins ((http://dfcm.utoronto.ca/research/alpha/pdf/FinalalphaguideENG.pdf);
  • Outils « Tolerance, Worry, Eye-Opener, Amnesia and Cut Down » (TWEAK) et « Tolerance, Annoyed, Cut Down and Eye-Opener » (T-ACE) sur la consommation d'alcool (128, 129);
  • Matériel de soutien TWEAK pour les médecins fourni par le Centre de ressources Meilleur départ (130).

Des ententes de services, des protocoles, des organigrammes d'orientation et des politiques sur les programmes peuvent faciliter le processus de mise en application des NSPO. Les ressources utiles sont précisées pour chacune des exigences traitées dans ce document. La plupart des bureaux de santé ont également créé des ressources locales pour aider à orienter leur travail.

c) Réseaux

L’Ontario Family Health Management in Public Health Network (OFHMPHN) est un lien de communication critique entre les bureaux de santé et le ministère de la Promotion de la santé (MPS). Ce réseau a pour mission de stimuler la collaboration dans le secteur de la santé publique et entre les secteurs afin de favoriser la santé génésique et la santé des enfants par le leadership et des mesures collectives. Les objectifs de l’OFHMPHN sont conformes aux NSPO relatives aux programmes de santé familiale et à la norme fondamentale. L’harmonisation et l’intégration des activités du MPS et du réseau en matière de santé génésique contribuent à l’atteinte des résultats sociétaux du programme Santé génésique.

Le réseau provincial de gestion du programme « Bébés en santé, enfants en santé » dirigé par le MSEJ offre des possibilités accrues de communication dans le cadre du programme Santé génésique. 

Les réseaux régionaux de gestion du programme Santé génésique ainsi que leur personnel offrent également une occasion de promotion, de partenariats dans le cadre de projets, de partage des ressources et de collaboration plus poussée en ce qui a trait aux questions et aux activités liées au programme Santé génésique.

Des groupes de travail tels que celui sur la santé génésique de l'Association pour la santé publique de l’Ontario (OPHA) aident à enrichir le soutien aux programmes. Les listes de diffusion par courriel peuvent également fournir un soutien accru de la part de collègues (comme le réseau de promotion de la santé sur la maternité, les nouveau-nés et les enfants [MNCHP] administré par le Centre de ressources Meilleur départ).

Section 6 – Conclusion

Ce document d’orientation, qui s’inscrit dans une série de sept documents préparés par le ministère de la Promotion de la santé de l’Ontario dans le but de guider les conseils de santé dans la mise en œuvre des programmes et des services de promotion de la santé assujettis aux Normes de santé publique de l’Ontario (NSPO) de 2008, visait à fournir de l’information générale sur la santé génésique, notamment sur l’importance de cette question et le fardeau qu’elle représente. 

De l’information a aussi été donnée sur les évaluations de situation pour chaque exigence des NSPO relative à la santé génésique, ainsi que sur les politiques, la promotion des programmes et le marketing social, les questions d’évaluation et de surveillance et les déterminants sociaux de la santé. Une orientation politique et des stratégies à envisager ont également été proposées, et les données et fondements ont été examinés.

L’atteinte des objectifs généraux en matière de santé et des résultats sociétaux dépendra de la disposition des conseils de santé à collaborer avec d’autres partenaires communautaires tels que les organisations non gouvernementales, les administrations municipales et les organismes financés par le gouvernement et le secteur privé. En travaillant en partenariat pour répondre à un ensemble commun d’exigences, l’Ontario pourra mieux réaliser ses objectifs liés à la santé en visant des normes plus élevées et en évaluant adéquatement les processus concernés. 

Les interactions complexes entre les facteurs sociaux et économiques, le milieu physique et les comportements et contextes individuels ont une forte incidence sur la santé des personnes et des collectivités de l’Ontario. La prise en considération des déterminants de la santé et la réduction des inégalités en matière de santé favoriseront aussi la réussite des conseils de santé.


Document d'orientation sur la santé génésique

Annexe A: Sommaire des sources de données potentielles pour les indicateurs de santé génésique

Indicateurs de santé génésique

Données locales

Données provinciales

Source

La santé avant la grossesse

Nombre de femmes en âge de procréer

T

T

Statistique Canada

Où vivent les femmes en âge de procréer? (cartographier)

T

T

Statistique Canada

Quel est le statut socioéconomique des femmes en âge de procréer? (cartographier)

T

T

Statistique Canada*
Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes

Quelle est l'origine ethnique des femmes en âge de procréer? (cartographier)

T

T

Statistique Canada*

Combien de femmes en âge de procréer ont un médecin de famille?

T

T

Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes

Utilisation de traitement pour la fertilité

o

o

Consommation d'alcool chez les femmes en âge de procréer

T

T

Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes

Tabagisme parmi les femmes en âge de procréer

T

T

Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes

Taux d'obésité ou de surpoids chez les femmes en âge de procréer

T

T

Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes

Prise de multivitamines avec acide folique par les femmes en âge de procréer

T

T

Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (avez vous pris un supplément vitaminé contenant de l'acide folique avant votre dernière grossesse?)

Taux d’ITS chez les femmes en âge de procréer (y compris le VIH)

T

T

Système intégré d'information sur la santé publique

Des grossesses en santé

Les grossesses chez les adolescentes

T

T

Base de données provinciale pour la planification des services de santé (BDPPSSB)

L'âge de la mère à la première grossesse

T

T

Base de données périnatales Niday*
Registre prénatal 1 (antécédents obstétriques)

Fournisseur de soins primaires (obstétricien, médecin de famille, sage-femme, infirmière praticienne)

o

T

Base de données périnatales Niday

L'activité physique chez les femmes enceintes

o

o

Prévalence de consommation d'alcool avant la naissance

T

T

Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes
Registre prénatal 1

Consommation de drogues illicites

T

T

Enquête nationale sur la santé de la population
Registre prénatal 1

Prévalence du tabagisme avant la naissance

T

T

Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes
Base de données périnatales Niday*
Registre prénatal 1

Dépression

T

T

Base de données périnatales Niday*
Registre prénatal 1

Prévalence de l'hépatite B

T

T

Base de données périnatales Niday*
Registre prénatal 1

Taux d’ITS (y compris le VIH)

T

T

Base de données périnatales Niday*
Registre prénatal 1

Sources d'informations prénatales

o

o

Participation aux cours prénatals

T

T

Base de données périnatales Niday*

Intention d’allaiter

T

T

Base de données périnatales Niday*

Les résultats en santé génésique

Taux de naissances

T

T

Base de données provinciale pour la planification des services de santé (BDPPSSB)
Base de données du Système informatique de planification des services de santé (SIPSS)

Prévalence de naissances vivantes chez les mères adolescentes

T

T

Base de données provinciale pour la planification des services de santé (BDPPSSB)

Système informatique de planification des services de santé (SIPSS) - Base de données

Prévalence de naissances vivantes chez les mères âgées

T

T

Base de données provinciale pour la planification des services de santé (BDPPSSB)
Base de données du Système informatique de planification des services de santé (SIPSS)

Taux de naissances multiples

T

T

Statistique Canada
Base de données périnatales Niday*
Base de données provinciale pour la planification des services de santé (BDPPSSB)
Base de données du Système informatique de planification des services de santé (SIPSS)

Faible poids à la naissance

T

T

Base de données périnatales Niday*
Base de données provinciale pour la planification des services de santé (BDPPSSB)
Base de données du Système informatique de planification des services de santé (SIPSS)

Taux de césariennes

T

T

Base de données périnatales Niday*
Postnatal Visit

Taux de péridurale

o

T

Base de données périnatales Niday

Taux d'accouchements assistés (forceps/ventouse obstétricale)

o

T

Base de données périnatales Niday

Prévalence d'anomalies du tube neural

T

T

Base de données périnatales Niday*

Incidence du diabète gestationnel

o

T

Base de données périnatales Niday

Incidence de la prééclampsie et de l'éclampsie

o

T

Base de données périnatales Niday

Incidence de placenta prævia ou d'abruptio placentae

o

T

Base de données périnatales Niday

La préparation au rôle parental

À qui les parents s'adressent-ils pour se préparer à leur rôle parental?

o

o

NB :   * demande de données spéciales requise

Document d'orientation sur la santé génésique

Annexe B : Liens entre les exigences relatives à la santé génésique et les autres exigences

(Appah, 2009)

Acronymes

E = exigence
LGT = lutte globale contre le tabagisme
MEV = maladies évitables par la vaccination
PB = prévention des blessures
PCMI = prévention et contrôle des maladies infectieuses
PCR = prévention et contrôle de la rage
PCT = prévention et contrôle de la tuberculose
PGRS = prévention et gestion des risques pour la santé
PMS = prévention du mésusage de substances (y compris l'alcool)
PSUSP = préparation aux situations d'urgence en santé publique
SA = salubrité des aliments
SAPSAP = saine alimentation, poids santé et activité physique
SE = santé de l’enfant
SE AU= salubrité de l'eau
SG = santé génésique
SMS = santé en milieu scolaire
SSITSS = santé sexuelle et infections transmissibles sexuellement ou par le sang (y compris le VIH)

Liens entre les exigences relatives à la santé génésique et les autres exigences

Catégorie

Exigence des NSPO

SAPSAP

SE

PB

PMS

LGT

SMS

PCMI

PCR

SSITSS

PCT

MEV

SA

SEAU

PGRS

PSUSP

Évaluation et surveillance

1.Le conseil de santé doit effectuer une analyse épidémiologique des données de surveillance et examiner l’évolution des tendances au fil du temps, les nouvelles tendances et les groupes prioritaires, conformément au Protocole d’évaluation
et de surveillance de la santé de la population, 2008 (ou à la version en vigueur), concernant ce qui suit :

  • la santé avant la grossesse;
  • des grossesses en santé;
  • les résultats en santé génésique;
  • la préparation au rôle parental.

E1

E1
E3

E1

E1

E1

E1
E2
E3

E3
E4

E1
E2
E3

E2
E3

E1
E2

E1
E2

E2
E3
E4
E5

E1
E2

Promotion de la santé et élaboration de politiques

2.      Le conseil de santé doit collaborer avec les partenaires communautaires en utilisant une approche globale
de la promotion de la santé afin d’influencer l’élaboration et la mise en œuvre de politiques favorisant la santé
ainsi que la création de milieux favorables en rapport avec ce qui suit :

  • la santé avant la grossesse;
  • des grossesses en santé;
  • la préparation au rôle parental.

Le conseil de santé doit notamment :
a.   évaluer la situation conformément au Protocole d'évaluation et de surveillance 2008(ou à la version en vigueur);
b.   examiner, adapter et fournir des ressources des programmes favorisant un changement de comportement.
Note de bas de page n° 15 : « Il peut s’agir notamment de ressources appuyant le programme scolaire (dans les jardins d’enfants, les écoles, etc.), de soutien destiné aux lieux de travail
ou de possibilités de formation ou d’acquisition de compétences. »

E3
E4
E5
E6

E2
E4

E2
E3

E2
E3

E3
E4
E5
E6

E4
E5
E6

E6
E7

E3

E4

E4

E3

3.       Le conseil de santé doit sensibiliser davantage le public à la santé avant la grossesse, aux grossesses en santé et à la préparation au rôle parental. Pour ce faire il doit :
a.   adapter ou compléter les stratégies nationales ou provinciales de communication sur la santé;
b.   élaborer et mettre en œuvre des stratégies régionales ou locales de communication.

E6
E11

E5

E4
E5

E4
E5

E6
E11

E4
E5
E6

E5

E4

E5

E7
E12

E3

E5

4.       Le conseil de santé doit offrir, en collaboration avec les partenaires communautaires, du soutien, des programmes et des services prénatals comprenant ce qui suit :
a. des services de consultation, d'évaluation et d'orientation;
b. des séances de groupe.

E7

E6

E3

E3

E7

E4
E5
E6
E13

E7

5.       Le conseil de santé doit fournir des conseils et des renseignements pour faire le lien entre les gens et les programmes et services communautaires portant sur ce qui suit :

  • la santé avant la grossesse;
  • des grossesses en santé;
  • la préparation au rôle parental.

E11

E7
E8

E3

E3

E9

E6

E3
E5

E6

E9

E4

6.        Le conseil de santé doit fournir, en collaboration avec les partenaires communautaires, les services d'éducation et de sensibilisation aux groupes prioritaires afin qu'ils aient accès à des renseignements, des programmes et des services.

E8

E7
E8

E3

E3

E9

R5a
E11

E4

Prévention des maladies

7.        Le conseil de santé doit assurer la prestation de tous les volets du programme « Bébés en santé, enfants en santé » conformément au Protocole Bébés en santé, enfants en santé, 2008(ou à la version en vigueur) (ministère des Services à l'enfance et à la jeunesse). Note de bas de page 16 : « Même si le programme «Bébés en santé, enfants en santé » comportent des volets portant sur la promotion de la santé et l'élaboration de politiques, on l'a inclus dans la section sur la prévention des maladies étant donné qu'il met l'accent sur les services de dépistage, évaluation, d'orientation et de soutien. »

E3

E9
E10
E11
E12
E13

E11

E6

Protection de la santé

E13

E14

Références

  1. MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE. Normes de santé publique de l'Ontario, Toronto, Ontario, Imprimeur de la Reine pour l’Ontario, 2008.
  1. Agence de la santé publique du Canada. Rapport sur la santé périnatale au Canada – Éd. 2008, Ottawa, Ontario, [En ligne], 2008. [http://www.phac-aspc.gc.ca/publicat/2008/cphr-rspc/index-eng.php] (Consulté le 7 août 2009).
  1. Marquis, S., et Butler E. Practice Guidelines for Prenatal and Postnatal Outreach in British Columbia, Canada [version préliminaire], Victoria, C.-B., Ministry for Children and Families, 2001.
  1. Maupin R. J. r., et coll., « Characteristics of Women who Deliver with no Prenatal Care », J Matern Fetal Med, 2004, vol. 16, n° 1, p. 45–50.
  1. COMITÉ CANADIEN POUR L’ALLAITEMENT. Lignes directrices pour l'Initiative des amis des bébésMC (IAB) de l'OMS/UNICEF au Canada, Toronto, Ontario, CCA, 2002.
  1. Association des infirmières et infirmiers autorisés de l’Ontario. Breastfeeding Best Practice Guideline for Nurses, Toronto, Ontario, Association des infirmières et infirmiers autorisés de l’Ontario, [En ligne], 2003. [http://www.rnao.org/Page.asp)?PageID=924&ContentID=795] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. British Medical Association. Early Nutrition and Lifelong Health. UK, BMA Science and Education Department and the Board of Science, [En ligne], 2009. [http://www.bma.org.uk/health_promotion_ethics/child_health/earlylifenutrition.jsp] (Consulté le 9 août 2009).
  1. Centre de ressources Meilleur départ et Canadian Partnership for Children’s Health and Environment. Playing it Safe: Service Provider Strategies to Reduce Environmental Risks to Preconception, Prenatal and Child Health, Toronto, Ontario, Ontario Prevention Clearinghouse, [En ligne], 2006.
    [http://www.beststart.org/resources/env_action/index.html)] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. Muir T., et M. Zegarac. « Societal Costs of Exposure to Toxic Substances: Economic and Health Costs of Four Case Studies That Are Candidates for Environmental Causation », Environ Health Perspect, vol. 09, n° 6, 2001, p. 885–903.
  1. Toronto Public Health. Reproductive Health: Nursing Practice Standards, Toronto, Ontario, Toronto Public Health, 2005.
  1. Canadian Partnerships for Children’s Health and Environment. Child Health and the Environment: A Primer, Toronto, Ontario, CPCHE, [En ligne], 2005. [http://www.beststart.org/resources/env_action/index.html)] (Consulté le 9 août 2009).
  1. Environics Research Group Ltd. La connaissance des effets de la consommation d'alcool pendant la grossesse et du syndrome d'alcoolisme fœtal : Résultats d'un sondage national. Agence de la santé publique du Canada, [En ligne], 2000.
    [http://www.phac-aspc.gc.ca/publicat/fas-saf-natsurv-2000/index-fra.php] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. Poole, N. La prévention de l'ensemble des troubles causés par l'alcoolisation fœtale (ETCAF) : Perspectives canadiennes. Agence de la santé publique du Canada, [En ligne], 2008. [http://www.phac-aspc.gc.ca/fasd-etcaf/cp-pc-fra.php] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. Stade, B., et coll. « The Burden of Prenatal Exposure to Alcohol: Revised Measurement of Cost », Can J Clin Pharmacol, vol. 16, n° 1, p. 91–102.
  1. Santé Canada. Les anomalies congénitales au Canada : Rapport sur la santé périnatale, 2002, Ottawa, Ontario, [En ligne], 2002.
    [http://www.phac-aspc.gc.ca/publicat/cac-acc02/index-fra.php] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. Folic Acid Alliance Ontario [En ligne]. [(http://www.folicacid.ca] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. Agence de la santé publique du Canada. Acide folique et prévention des anomalies du tube neural (ATN) 2008 : Mise à jour des renseignements - ASPC. Ottawa, Ontario, [En ligne], 2008.
    [http://www/phac-aspc.gc.ca/fa-af/fa-af08-eng.php] (Consulté le 7 août 2009).
  1. Goldenber, G. R. L., et J. F. Culhane. « Low Birth Weight in the United States », Am Jof Clin Nutr, vol. 85, n° 2, 2007, p.584S–590S.
  1. BASRUR, S. Rapport de 2004 du médecin hygiéniste en chef : poids santé, vie saine, Toronto, Ontario, Ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario, 2004, [En ligne]. [http://www.health.gov.on.ca/french/publicf/pubf/ministry_reportsf/cmoh04_reportf/healthy_weights_112404f.pdf] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. MCCAIN, M. N. (HON.), et J. F. MUSTARD. Inverser la véritable fuite des cerveaux, étude sur la petite enfance : rapport final, Toronto, Ontario, Publications Ontario, 1999.
  1. ZHAND, X., et coll. « How Big is Too Big? The Perinatal Consequences of Fetal Macrosomia », Am J of Obstet Gynecol, vol. 198, no° 5, 2008, p. 517.e1–517.e6.
  1. Chasan-Taber, L., et coll. « Development and Validation of a Pregnancy Physical Activity Questionnaire », Med Sci Sports Exerc, vol. 6, no°10, 2004, p. 1750–60.
  1. HEGGAARD, H.K., et coll. « Leisure-Time Physical Activity During Pregnancy and Impact on Gestational Diabetes Mellitus, Preeclampsia, Preterm Delivery and Birth Weight: A Review », Acta Obstet Gynecol Scand, n°86, 2007, p. 1290–1296.
  1. MOTTOLA, M.F. « The Role of Exercise in the Prevention and Treatment of Gestational Diabetes Mellitus », Curr Sports Med Rep, vol. 6, no°6, 2007, p. 381–386.
  1. JUHL, M., et coll. « Physical Exercise During Pregnancy and the Risk of Preterm Birth: A Study Within the Danish National Birth Cohort », Am J Epidemiol, vol. 167, n° 7, 2008, p. 859–866.
  1. MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE, DIVISION DE LA SANTÉ PUBLIQUE. Rapport initial sur la santé publique : août 2009, Toronto, Ontario, Imprimeur de la Reine pour l’Ontario, 2009.
  1. POUDEVIGNE, M., et P. J. O’CONNOR. « Physical Activity and Mood During Pregnancy », Medicine & Science in Sports & Exercise, vol. 37, n° 8, 2005, p. 1374–1380.
  1. WEISSGERBER, T. L., et coll. « Exercise in the Prevention and Treatment of Maternal-Fetal Disease: A Review of the Literature », Appl Physiol Nutr Metab, vol. 3, n° 6, 2006, p. 661–674.
  1. ASSOCIATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS AUTORISÉS DE L’ONTARIO. Nursing Best Practice Guidelines, Woman Abuse: Screening, Identification and Initial Response, Toronto, Ontario, Association des infirmières et infirmiers autorisés de l’Ontario, [En ligne], 2008. [http://www.rnao.org/storage/12/655_BPG_Women_Abuse.pdf] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. OHLSSON, A., et P. SHAH. Determinants and Prevention of Low Birth Weight: A Synopsis of the Evidence, AB: Institute of Health Economics, [En ligne], 2008.
    [http://www.ihe.ca/publications/library/2008/determinants-and-prevention-of-low/] (Consulté le 11 août 2009).
  1. GREAVES, L. Selected Estimates of the Costs of Violence Against Women and Children. London, Ontario, Ministère de la Santé nationale et du Bien-être social, 1995.
  1. DAY, T. Health-Related Costs of Violence Against Women in Canada: The Tip of the Iceberg. London, Ontario, Ministère de la Santé nationale et du Bien-être social, 1995.
  1. HEIDIGER, M. L., et coll. « Birthweight and Gestational Age Effects on Motor and Social Development », Pediatric and Perinatal Epidemiology, n° 16, 2002, p. 33–46.
  1. PEVALIN, D.J., T. J. WADE et A. BRANNIGAN. « Parental Assessment of Early Child Development: Biological and Social Covariates », Infant and Child Development, vol. 12, n° 2, 2003, p. 167–175.
  1. GORMAN, B. K. « Birth Weight and Cognitive Development in Adolescence: Causal Relationship Or Social Selection », Social Biology, vol. 49, no 1-2, 2002, p. 13–34.
  1. HACK, M., N.K. KLEIN et G. TAYLOR. « Long-Term Developmental Outcomes of Low Birth Weight Infants », the Future of Children, vol. 5, n° 1, 1995, p. 176–196.
  1.  INSTITUT CANADIEN D’INFORMATION SUR LA SANTÉ. Réduction des écarts en matière de santé : un regard sur le statut socioéconomique en milieu urbain au Canada, Ottawa, Ontario, Institut canadien d’information sur la santé, 2008.
  1. MISRI, S. K. Pregnancy Blues: What every Woman Needs to Know about Depression during Pregnancy, New York, NY, Delacorte Press, 2005.
  1. ROSS, L. E, et coll. Postpartum Depression: A Guide for Front-Line Health and Social Service Providers, Toronto, Ontario, Centre for Addiction and Mental Health, [En ligne], 2005. [www.camh.net/publications] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. BONARI, L., et coll. « Perinatal Risks of Untreated Depression during Pregnancy », Can J Psychiatry, vol 49, n° 11, 2004, p. 726–735.
  1. NULMAN, I., et coll. « Child Development Following Exposure to Tricylic Antidepressants or Fluoxetine Throughout Fetal Life: A Prospective, Controlled Study », Am J Psychiatry, vol. 159, n°11, 2002, p. 1889–1895.
  1. O’BRIEN, L., A. LAPORTE et K. GIDEON. « Estimating the Economic Costs of Antidepressant Discontinuation During Pregnancy », Can J Psychiatry, vol. 54, n° 6, 2009, p. 399–408, [En ligne].
    [http://publications.cpa-apc.org/media.php?mid=804] (Consulté le 7 août 2009).
  1. WRZOSEK, T. et A. EINARSON. « Dental Care During Pregnancy », Canadian Family Physician, vol. 55, no°6, 2009, p. 598–599.
  1. AGENCE DE LA SANTÉ PUBLIQUE DU CANADA. Grossesse en santé : la santé buccodentaire, éd. 2008, Ottawa, Ontario, [En ligne], 2008.
    [http://www.phac-aspc.gc.ca/hp-gs/know-savoir/ora-dent-fra.php] (Consulté le 25 août 2009).
  1. OLDERSHAW, L. A National Survey of Parents of Young Children, Toronto, Ontario, Invest in Kids, [En ligne], 2002. [https://www.investinkids.ca/Portals/0/documents/pdf/A%20Nantional%20Survey%20-%20Final.pdf] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. STATISTIQUE CANADA. Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC), éd. 2008. Ottawa, Ontario, [En ligne], 2009. [http://www.statcan.gc.ca/cgi-bin/imdb/p2SV_f.pl?Function=getSurvey&SDDS=3226&lang=en&db=imdb&adm=8&dis=2] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. ONTARIO PERINATAL SURVEILLANCE SYSTEM. The Ontario Perinatal Surveillance System Report 2008, Ontario Perinatal Surveillance System, [En ligne], 2008.
    [https://www.nidaydatabase.com/info/publications_provincial.shtml] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. FLAHERMAN, V., et G. A. RUTHERFORD. « A Meta-Analysis of the Effect of High Weight on Asthma », Archives of Disease in Childhood, vol. 91, n° 4, 2006, p. 334–339.
  1. CAUGHEY, R., et K. MICHELS. « Birth Weight and Childhood Leukemia: A Meta-Analysis and Review of the Current Evidence », International Journal of Cancer, vol. 124, n° 11, 2009, p. 2658–2670.

  1. INSTITUT CANADIEN D’INFORMATION SUR LA SANTÉ. Nés trop vite et trop petits : étude sur les bébés de faible poids au Canada, Ottawa, Ontario, [En ligne], 2009. [http://secure.cihi.ca/cihiweb/dispPage.jsp?cw_page=PG_1791_F&cw_topic=1791&cw_rel=AR_1106_F] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. SANTÉ CANADA. Santé avant la grossesse - L'acide folique pour la prévention primaire des anomalies tube neural, Ottawa, Ontario, Ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, [En ligne], 2002, modifié le 16 décembre 2003.
    [http://www.phac-aspc.gc.ca/fa-af/rapport/index-fra.php] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. CENTRE DE RESSOURCES MEILLEUR DÉPART. Les clés du succès d’une campagne de communication sur la consommation d’alcool durant la grossesse, Toronto, Ontario, [En ligne], 2003.
    [http://www.meilleurdepart.org/resources/alcool/index.html] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. RICHARDSON, K. « Conditions in Pregnancy: APA: Don’t Under-Treat Depression in Pregnancy », The Medical Post, [En ligne], 2003.
    [http://www.motherisk.org/women/commonDetail.jsp?content_id=815] (Consulté le 7 août 2009).
  1. SANTÉ CANADA. Le modèle de promotion de la santé de la population. Éléments clés et mesures qui caractérisent une approche axée sur la santé de la population, Ottawa, Ontario, [En ligne], 2001.
    [http://www.phac-aspc.gc.ca/ph-sp/pdf/discussion-fra.pdf] (Consulté le 7août2009).
  1. CENTRE DE RESSOURCES MEILLEUR DÉPART et CONSEIL DU CANADA D’INFORMATION ET D’ÉDUCATION SEXUELLES. Update Report on Teen Pregnancy Prevention, [En ligne], c2007, cité le 24janvier2010.
    [http://www.beststart.org/resources/rep_health/index.html] (Consulté le 23février 2009).
  1. PATYCHUK, D., et D. SESKAR-HENCIC. Steps to Equity: Ideas and Strategies for Health Equity in Ontario, 2008-2010, Toronto, Ontario, [En ligne], 2008. [http://www.healthnexus.ca/policy/firststeps_healthyequity.pdf] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. AGENCE DE LA SANTÉ PUBLIQUE DU CANADA. What Mothers Say: The Canadian Maternity Experiences Survey, Ottawa, Ontario, [En ligne], 2009.
    [http://www.phac-aspc.gc.ca/rhs-ssg/pdf/survey-eng.pdf] (Consulté le 7 août 2009).
  1. NATIONAL COLLABORATING CENTRE FOR MENTAL HEALTH. Antenatal and Postnatal Mental Health: The NICE Guidelines on Clinical Management and Service Guidance, UK, the British Psychological Society and the Royal College of Psychiatrists, [En ligne], 2007.
    [http://www.nice.org.uk/nicemedia/pdf/CG45fullguideline.pdf] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. MINISTÈRE DE LA PROMOTION DE LA SANTÉ. Des Ontariennes et Ontariens en santé, un Ontario en santé : cadre stratégique, Toronto, [s. d.].

 

  1. MINISTÈRE DES SERVICES À L’ENFANCE ET À LA JEUNESSE. Réaliser le potentiel de nos enfants, de nos jeunes et de notre avenir, cadre stratégique 2008-2012, Toronto, 2008.
  1. WILKINSON, R., et M. MARMOT, éd. The Solid Facts: Social Determinants of Health, 2e éd., Organisation mondiale de la santé, [En ligne], c2003.
    [http://www.euro.who.int/document/e81384.pdf] (Consulté le 24 janvier 2010).

  1. CENTRE DE RESSOURCES MEILLEUR DÉPART. Preconception and Health: Research and Strategies, Toronto, Ontario, [En ligne], 2001.
    [http://www.beststart.org/resources/preconception/index.html] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. MORAWSKA, A., L. WINTER et M. R. SANDERS. « Parenting Knowledge and its Role in the Prediction of Dysfunctional Parenting and Disruptive Child Behaviour », Child: Care, Health & Development, vol. 35, n° 2, 2009, p. 217 226.
  1. COWAN, C. P., et P. A. COWAN. When Partners Become Parents: The Big Life Change for Couples, 2e éd., Mahwah, NJ, Lawrence Erlbaum Associates, 1999.
  1. POLOMENO, V. « Why is Love So Important in Childbirth Education?» Int J Childbirth Educ, vol. 21, n° 1, 2006, p. 35–44.
  1. SANTÉ CANADA. Soins à la mère et au nouveau-né dans une perspective familiale : lignes directrices nationales, 4e éd., Ottawa, Ontario, [En ligne], 2000.
    [http://origin.phac-aspc.gc.ca/dca-dea/prenatal/index-fra.php] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. SANTÉ CANADA. Durée de l’allaitement maternel exclusif : Recommandation de Santé Canada, 2004, Ottawa, Ontario, [En ligne], 2004.
    [http://www.canadiensensante.gc.ca/init/kids-enfants/care-soins/nutrition-alimentation/index-fra.php] (Consulté le 20 juin 2009).
SOCIÉTÉ CANADIENNE DE PÉDIATRIE. « Les pédiatres conseillent de privilégier l’allaitement exclusif pendant six mois : document de principe du comité de nutrition et de gastroentérologie », Paediatr Child Health, vol 10, n° 3, 2005, p. 148. [Réapprouvé et mis à jour en 2009], [En ligne].
  1. [http://www.cps.ca/francais/enonces/N/AllaitementMar05.htm] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ et UNICEF. Stratégie mondiale pour l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant, OMS, [En ligne], 2003, mis à jour en 2009.
    [http://www.who.int/nutrition/publications/infantfeeding/9241562218/en/index.html] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. STATISTIQUE CANADA. Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC), 2008, Ottawa, Ontario, [En ligne], 2009.
    [http://www.statcan.gc.ca/concepts/health-sante/index-fra.htm] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. CENTRE DE RESSOURCES MEILLEUR DÉPART. Preconception Health: Public Health Initiatives in Ontario, Toronto, Ontario, [En ligne], 2009.
    [http://www.beststart.org/resources/preconception/index.html] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. SYSTÈME RAPIDE DE SURVEILLANCE DES FACTEURS DE RISQUE. [En ligne]. [http://www.rrfss.on.ca/index.php?pid=21] (Consulté le 7 août 2009).
  1. TORONTO PUBLIC HEALTH. The Health of Toronto’s Young Children, Series 1–3, Toronto, Ontario, Toronto Public Health, 2006.
  1. OXFORD COUNTY PUBLIC HEALTH. Reproductive Health Status in Oxford County, Oxford County Public Health, 2008.
  1. REGION OF WATERLOO PUBLIC HEALTH. Why we Need to Work with Priority Populations and How this Relates to Population Health, Waterloo, Ontario, Region of Waterloo Public Health, [En ligne], 2009. [http://www.health.gov.on.ca/transformation/providers/information/resources/profiles/profile_waterloo.pdf] (Consulté le 23 février 2009).
  1. ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ. La charte d’Ottawa pour la promotion de la santé, Première conférence internationale pour la promotion de la santé, 21 novembre 1986, Ottawa, Ontario, OMS, 1986.
  1. THE HEALTH COMMUNICATION UNIT. Online Health Promotion Planner, [En ligne]. [(http://www.thcu.ca/] (Consulté le 11 août 2009).
  1. REGION OF WATERLOO PUBLIC HEALTH. Evidence and Practice Planning Framework for Addressing Health Inequities, Waterloo, Ontario, Region of Waterloo Public Health. [En ligne], 2009.
    [http://www.health.gov.on.ca/transformation/providers/information/resources/profiles/profile_waterloo.pdf] (Consulté le 23 février 2009).
  1. REGION OF WATERLOO PUBLIC HEALTH. Process to Determine Priority Populations, Waterloo, Ontario, Region of Waterloo Public Health. [En ligne], 2009. [http://www.health.gov.on.ca/transformation/providers/information/resources/profiles/profile_waterloo.pdf] (Consulté le 23 février 2009).
  1. REGION OF WATERLOO PUBLIC HEALTH. Process to Determine Priority Neighborhoods, Waterloo, Ontario, Region of Waterloo Public Health. [En ligne], 2009.
    [http://www.health.gov.on.ca/transformation/providers/information/resources/profiles/profile_waterloo.pdf] (Consulté le 23 février 2009).
  1. ASSOCIATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS AUTORISÉS DE L’ONTARIO. La cessation du tabagisme : intégration dans la pratique quotidienne des soins infirmiers, Toronto, Ontario, Association des infirmières et infirmiers autorisés de l’Ontario, [En ligne], 2007. [http://www.rnao.org/bestpractices] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. CENTER FOR DISEASE CONTROL. Recommendations to Improve Preconception Health and Health Care --- United States: A Report of the CDC/ATSDR Preconception Care Work Group and the Select Panel on Preconception Care, Center for Disease Control, [En ligne], 2006. [http://www.cdc.gov/mmwr/preview/mmwrhtml/rr5506a1.htm] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. TORONTO PUBLIC HEALTH, Toronto Public Health Practice Framework, Toronto, Ontario, Toronto Public Health, 2005.
  1. TORONTO PUBLIC HEALTH. Assuring Access and Equity through Diversity Competence, Toronto, Ontario, Toronto Public Health, 2004.
  1. TORONTO PUBLIC HEALTH, Toronto Public Health Practice Framework Program Planning Kits #1–4 and References, Toronto, Ontario, Toronto Public Health, 2006.
  1. TORONTO PUBLIC HEALTH. Narrative and Solution Focused Approaches Training Evaluation Summary Report, Toronto, Ontario, Toronto Public Health, 2006.
  1. ASSOCIATION POUR LA SANTÉ PUBLIQUE DE L’ONTARIO, GROUPE DE TRAVAIL SUR LA PROMOTION DE L’ALLAITEMENT MATERNEL. Trousse d’information et d’activités au sujet de l’allaitement maternel à l’intention des enseignants du secondaire, Toronto, Ontario, Association pour la santé publique de l’Ontario, [En ligne], 2009.
    [http://www.opha.on.ca/resources/] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. KFL&A PUBLIC HEALTH. Achieving Family Work-Life Balance: Working Together to be Family Friendly, Kingston, Ontario, KFL&A Public Health, [s. d.].
  1. BLACKMORE, E., et coll. « The Use of the Antenatal Psychosocial Health Assessment (ALPHA) Tool in the Detection of Psychosocial Risk Factors for Postpartum Depression ». J SOGC, vol. 28, n° 10, 2006, p. 873–78.
  1. COX J. L., HOLDEN J. M. et SAGOVSKY, R. « Detection of Postnatal Depression: Development of the 10-Item Edinburgh Postnatal Depression Scale », Br J Psychiatry, n° 150, 1987, p. 782–786.
  1. FRENCH, J., et C. BLAIR-STEVENS. Social Marketing Pocket Guide, 1re éd., UK: National Social Marketing Centre for Excellence, [En ligne], 2005. [http://www.nsms.org.uk/] (Consulté le 9 août 2009).
  1. NATIONAL SOCIAL MARKETING CENTRE. It’s Our Health!, UK: National Social Marketing Centre, [En ligne], 2006.
    [http://www.nsmcentre.org.uk/component/remository/NSMC-Publications/Its-Our-Health-(Full-report)/] (Consulté le 9 août 2009).
  1. CLANZ, K., B. K. RIMER, et K. VISWANATH. Health Behaviour and Health Education, 4e éd. San Francisco, CA, Jossey-Bass, 2008.
  1. CENTRE DE RESSOURCES MEILLEUR DÉPART. Checklist for the Development of Resources for Preconception, Prenatal and Child Health, Toronto, Ontario, [En ligne], 2006.
    [http://www.beststart.org/resources/howto/index.html] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. CENTRE DE RESSOURCES MEILLEUR DÉPART. Health Fairs and Preconception, Prenatal and Child Health, Toronto, Ontario, [En ligne], 2009.
    [http://www.beststart.org/resources/howto/index.html] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. CENTRE DE RESSOURCES MEILLEUR DÉPART. Les clés du succès d’une campagne de communication sur la consommation d’alcool durant la grossesse, Toronto, Ontario, [En ligne], 2003.
    [http://www.meilleurdepart.org/resources/alcool/index.html] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. AGENCE DE LA SANTÉ PUBLIQUE DU CANADA. Ce que nous avons appris : Campagnes de sensibilisation canadiennes importantes à l’égard de l’ETCAF, Ottawa, Ontario, Publications Santé Canada, [En ligne], 2006.
    [http://www.phac-aspc.gc.ca/publicat/fasd-ac-etcaf-cs/pdf/fasd-ac-etcaf-cs_f.pdf] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. SANTÉ CANADA. Renoncement et grossesse. Ottawa, Ontario, [En ligne], 2009.
    [http://www.hc-sc.gc.ca/hc-ps/tobac-tabac/quit-cesser/fact-fait/preg-gros-fra.php] (Consulté le 11 août 2009).
  1. SANTÉ CANADA. Sur la voie de la réussite : Guide pour devenir un non-fumeur. Ottawa, Ontario, [En ligne], 2007.
    [http://www.hc-sc.gc.ca/hc-ps/pubs/tobac-tabac/orq-svr/index-fra.php] (Consulté le 11 août 2009).
  1. INFACT [En ligne]. [http://www.infactcanada.ca] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. CENTRE DE RESSOURCES MEILLEUR DÉPART. Breastfeeding Local Campaigns And Displays, [En ligne]. [http://www.beststart.org/resources/breastfeeding/index.html] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. BEYERS, J., et coll. Healthy Eating, Physical Activity and Healthy Weights Guideline for Public Health in Ontario. [Manuscrit inédit], 2009.
  1. TORONTO PUBLIC HEALTH. Mental Wellness Assessment for Adult/Adolescent and User Guidelines, Toronto, Ontario, Toronto Public Health, 2008.
  1. STEWART-BROWN, S., et coll. « Internal Construct Validity of the Warwick-Edinburg Mental Well-Being Scale (WEMWBS): A Rasch Analysis Using Data from the Scottish Health Education Population Survey 2009 », Health and Quality of Life Outcomes, vol 7, n° 15, 2009.
  1. TORONTO PUBLIC HEALTH. Rationale for the Inclusion and Exclusion of Risk Factors in the J-Form Screening Tool for the Healthiest Babies Possible Program, Toronto, Ontario, Toronto Public Health, 2007.
  1. « Synthèse sur les habiletés parentales »; cité dans TREMBLAY, R. E., et coll., éd. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants, [En ligne], 26 mars 2007, révisé le 26 novembre 2008.
    [http://www.child-encyclopedia.com/pages/PDF/synthese-Parents_Habilites.pdf)] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. CENTRE DE RESSOURCES MEILLEUR DÉPART. Prenatal Education in Ontario: Better Practices, Toronto, Ontario, [En ligne], 2007.
    [http://www.beststart.org/resources/rep_health/index.html] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. CENTRE DE RESSOURCES MEILLEUR DÉPART. Abuse in Pregnancy: Information Strategies for the Prenatal Educator, Toronto, Ontario, [En ligne], 2002.
    [http://www.beststart.org/resources/anti-violence/index.html] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. MINISTÈRE DE LA SANTÉ DU NOUVEAU-BRUNSWICK, et COLLECTIVITÉ INGÉNIEUSE DE LA PÉNINSULE ACADIENNE (CIPA) INC. Une nouvelle vie=A new life, [En ligne], c2006.
    [http://anewlife.cipanb.ca/fr.php] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. CENTRE DE RESSOURCES MEILLEUR DÉPART. Populations At Higher Risk: When Mainstream Approaches Don’t Work, Toronto, Ontario, [En ligne], 2006. [http://www.beststart.org/resources/howto/index.html] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. CENTRE DE RESSOURCES MEILLEUR DÉPART. Reducing the Impact: Working with Pregnant Women who Live in Difficult Life Situations, Toronto, Ontario, 2003, [En ligne]. [http://www.beststart.org/resources/anti_poverty/index.html] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. CENTRE DE RESSOURCES MEILLEUR DÉPART. Self-Help/Peer Support Strategies in Maternal, Newborn and Child Health: Examples from the Provincial Landscape, Toronto, Ontario, [En ligne], 2005. [http://www.beststart.org/resources/howto/index.html] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. TORONTO PUBLIC HEALTH. Project Report: Support for At-Risk Homeless Pregnant Parenting Women Project Focus Groups and Survey Results, Toronto, Ontario, Toronto Public Health, 2006.
  1. TORONTO PUBLIC HEALTH. Healthiest Babies Possible Eligibility Process: Screening and Nutrition Assessment, Toronto, Ontario, Toronto Public Health, 2007.
  1. TORONTO PUBLIC HEALTH. Healthiest Babies Possible Program: Assessment of the Screening & Assessment Tools Using Revised Eligibility Criteria, Toronto, Ontario, Toronto Public Health, avril 2008.
  1. CORBETT, T., et J. NOYCE. Human Services Systems Integration: A Conceptual Framework, Washington, DC, Association for Public Policy Analysis and Management, 2007.
  1. NUTBEAM, D., et E. HARRIS. Theory in a Nutshell, Australie, McGraw Hill, 2004.
  2. ASSOCIATION POUR LA SANTÉ PUBLIQUE DE L’ONTARIO. Towards Evidence Informed Practice Resources, [En ligne].
    [http://www.opha.on.ca/programs/] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. PUBLIC HEALTH RESEARCH, Education and Development, [En ligne].
    [http://www.phred-redsp.on.ca/] (Consulté le 11 août 2009).
  1. LOVE, A., éd. Evaluation Methods Sourcebook II. Canadian Evaluation Society, 1995, [En ligne].
    [http://www.evaluationcanada.ca/site.cgi?s=6&ss=5&_lang=en] (Consulté le 11 août 2009).
  1. FREIDMAN, M. Planning and Evaluation Outcome Tools through Results Based Accountability, USA, Trafford Publishing, [En ligne], 2005.
    [http://www.resultsaccountability.com] (Consulté le 11 août 2009).
  1. HOOD, J. R., C. PARKER et H. K. ATRASH. « Recommendations to Improve Preconception Health and Health Care: Strategies for Implementation » J Womens Health (Larchmt.), n° 16, 2007, p. 454–457.
  1. THOMPSON, B. K., M. PECK et K. T. BRANDERT. « Integrating Preconception Health into Public Health Practice: A Tale of Three Cities », J Womens Health, n° 17, 2008, p. 723–727.
  1. TREMBLAY, R. E., et coll., éd. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants, [En ligne], 26 mars 2007, révisé le 26 novembre 2008.
    [http://www.enfant-encyclopedie.com/fr-ca/accueil.html] (Consulté le 11 août 2009).
  1. AGENCE DE LA SANTÉ PUBLIQUE DU CANADA. Fonds des projets nationaux du PACE et du PCNP (FPN), [En ligne].
    [http://www.phac-aspc.gc.ca/dca-dea/programs-mes/fpn_projets-fra.php] (Consulté le 11 août 2009).
  1. MANN, B. What Works for Whom? Promising Practices in Parenting Education, Canadian Association of Family Resource Programs, [En ligne], 2008.
    [http://www.frp.ca / www.parentsmatter.ca] (Consulté le 29 juin 2009).
  1. BIERMANN, J., et coll. « Promising Practices in Preconception Care for Women at Risk for Poor Health and Pregnancy Outcomes », Journal of Maternal Child Health, no° 10, 2006, p. S21–S28.
  1. RUSSELL, M. « New Assessment Tools for Risk Drinking During Pregnancy: TACE, TWEAK and Others » Alcohol Health and Research World, vol 18, n° 1, 1994, p. 55–61.
  1. SOKOL, R. J., S. S. MARTIER et J. W. AGER. « The T-ACE Questions: Practical Prenatal Detection of Risk Drinking » Am J of Obstet Gynecol, vol 160, n° 4, 1989, p. 863–870.
  1. CENTRE DE RESSOURCES MEILLEUR DÉPART et MOTHERISK. Screening for Alcohol Use in Pregnancy, Physician’s Desk Reference, Toronto, Ontario, [En ligne], 2008.
    [http://www.beststart.org/resources/alc_reduction/index.html] (Consulté le 20 juin 2009).
  1. NATIONAL SOCIAL MARKETING CENTRE. It’s our health!, [En ligne].
    [http://www.nsmcentre.org.uk/component/remository/NSMC-Publications/Its-Our-Health-(Full-report)/] (Consulté le 23 février 2009).